Aller au contenu

Ben

Membres +
  • Compteur de contenus

    3 346
  • Inscription

  • Dernière visite

1 abonné

À propos de Ben

  • Rang
    Gold Radio
  • Date de naissance 01/01/1970
  1. faut que ça change

    C'est une blague ? C'est marrant ces gens qui râlent sur des sujets qu'ils ne maîtrisent pas, et ne sont pas capables de faire la moindre recherche... Hey j'ai un scoop : L'ORTF n'existe plus ! TDF SAS, 45% Brookfield Group, 10% Crédit Agricole Assurance, 45% PSP investments. Auparavant, il y avait dans les actionnaires des fonds comme Texas Pacific Group, Axa private equity... Bref TDF n'est plus détenue par l'état depuis un certain temps...
  2. Contact FM et le DAB+

    Un opérateur privé n'a pas forcément de modèle économique à couvrir des zones désertes ou très peu peuplées. D'où, peut-être, l'intérêt du service publique...
  3. le dab en France

    Ou cet automne...
  4. France Musique

    Au fait, tu le sors d’où, ce chiffre ? Moi j'ai 2.9% pour France Culture ! (Médiametrie AC13+, L-V, Janvier-Mars 2021)
  5. France Musique

    Merci pour ce résumé. (mais attention au point Godwin !) Par ailleurs, si tout n'est pas parfait chez RF, si certains étaient de bonne foi, ils reconnaitraient que l'audience de France Culture progresse, lentement mais surement, dans un contexte pas toujours favorable aux radios...
  6. France Musique

    Je suis d'accord sur le constat du déséquilibre entre les diffusions des différentes radios de Radio France. Cependant, comme il l'a été évoqué par Prunelle un peu plus haut, les plans de fréquences ont fait l'objet de réorganisations successives visant à mettre globalement plus de radios sur la bande FM, en "tassant" un peu les petites fréquences de RF. Réattribuer certaines fréquences d'une radio à une autre risquerait de faire baisser le taux de couverture de celle qui se fait dépouiller en dessous du niveau requis par son cahier des charges (les taux imposés dans les cahiers des charges ne sont pas les mêmes pour toutes les radios), et de générer des brouillages. Puisque l'on parle d'argent public, il existe une bonne solution pour faire baisser les coûts de diffusion d'un groupe comme Radio France, tout en améliorant la couverture de ses radios les moins bien dotées en FM : le DAB+ ! Il est fort regrettable que dans un passé pas si lointain, certaines personnes de Radio France aient tout fait pour bloquer le DAB+, fort heureusement, les choses changent. La double diffusion engendre évidement un surcout les premières années, mais il suffit, 2 ou 3 ans après l'allumage du DAB+ dans une région, de commencer à couper les petits émetteurs FM de cette région (ne garder dans un premier temps que les gros émetteurs historiques, environ 80 pour Inter sur environ 600 au total), pour faire des économies. Et au bout de quelques années, couper la FM. C'est évidement un calcul à moyen ou long terme. Si dans d'autres pays, ce sont les radios publiques qui sont le moteur du déploiement du DAB+, c'est en grande partie pour des raisons économiques. Le démarrage du DAB+ permettra d'avoir la même couverture pour toutes les radios de RF (sauf Bleu).
  7. France Musique

    Mais tu n'as décidemment rien compris hein... Jamais je ne parle de mes goûts personnels Cette réponse ne s'adressait pas à toi. Ne t'en déplaise j'ai le droit de répondre à d'autres messages que les tiens et d'illustrer mes opinions comme bon me semble. Je te parle d'une zone ou l'offre culturelle est riche, et l'accès à la culture facile... Et où France Culture, malgré cette concurrence, cartonne ! Ça me semble assez cohérent comme argumentation en faveur de France Culture... Je ne déforme pas ton discours, rassure toi, il est suffisamment simpliste pour qu'on l'ai tous compris, il se résume à "cette radio fait peu d'audience et ce peu d'audience est constitué de csp+ qui peuvent trouver ce qu'elles veulent ailleurs". Tu oublies juste de préciser, donc je le fais, que la "majorité de csp+" dont tu parles, ça recouvre beaucoup plus de monde que certains ne peuvent l'imaginer, et que CSP+ ne désigne pas une tranche de revenus, ni exclusivement des urbains habitant des grandes villes. Je précise également que cette majorité ne constitue pas une exclusivité puisque d'autres csp sont représentées (par exemple 15.000 agriculteurs ou 119.000 employés). Et que la catégorie la plus représentée dans l'audience de Culture, c'est les retraités, qui visiblement n'écoutent pas que RTL. Et que la radio constitue le moyen d'accès le plus simple pour l'accès du plus grand nombre à des contenus. Mais tu as évidement le droit de ne pas être d'accord sur ces points. C'est vrai que l'IDF n'est pas représentative de la France. Mais 1/5eme de la population française, ce n'est pas anecdotique. Ce qui intéresse 436.000 habitants d'IdF (ceux que tu appelles gentiment "bobos parigos des beaux quartiers") intéresse aussi 1.140.000 provinciaux (visiblement ceux-là ne s'en "contref" pas). Au passage, sache que les bobos qui votent Hidalgo ne sont pas dans les beaux quartiers, regarde une carte des couleurs politiques des maires d'arrondissements. Les plus beaux quartiers votent LR et sont trop chers pour les bobos, qui auraient plutôt tendance à migrer vers St Ouen, Pantin ou Montreuil (où ils ne voteront plus pour Hidalgo)...
  8. France Musique

    Tu connais des programmes qui plaisent à tous ? Il faut forcément segmenter un peu l'offre. Mais en effet, il faut essayer d'intéresser et éventuellement enrichir intellectuellement (plutôt que plaire, ce qui relèverait du divertissement) le plus grand nombre. Dans un groupe de radios publique , il faut regarder si l'offre de l'ensemble du groupe est assez large. Par exemple, je n'écoute pas de rap, je ne demande pas la fermeture de Mouv. J'aimais le Mouv à une époque où ses programmes tappaient à côté de leur cible (leur audience n'était les jeunes qu'ils étaient censé viser), mais je trouve le positionnement actuel beaucoup plus logique, car il permet à Radio France de viser une part plus importante de la population. Les radios d'information en continu me font ch..., je ne demande pas la fermeture de France Info. Bref en résumé, ce qui compte au final c'est la capacité de l'entité Radio France, dans son ensemble, à toucher les publics les plus divers. Cela peut bien sûr être amélioré, mais il ne faut pas jeter les contenus un peu moins abordables en apparence pour les remplacer par du "facile à consommer" que l'on peut trouver partout ailleurs !
  9. France Musique

    Ce qui permet d'enrichir des boîtes privées avec l'argent de tes impôts et de ta redevance. Là ça ne te dérange pas ? Pourquoi leur "donner" le même budget ? Le principe d'une boîte privée, c'est de se démerder pour avoir un modèle économique tenable ! (j'en sais quelque chose, je bosse dans le privé) Personne n'a prétendu que c'était vital. La culture a d'ailleurs été récemment considérée comme "non essentielle". Supprimons la culture ! Exactement, et alors ! Le principe d'un service publique, c'est qu'il est accessible à TOUS ! Pauvres ou riches, peu importe. Les plus riches paient plus, les plus pauvres ne paient pas, c'est le principe. Tu parles de CSP+ comme si c'était une petite minorité de riches dotée de tous les moyens, et qui devrait être moins considérée que les autres, or ce n'est juste pas la réalité. Après, oui, l'accès à la culture n'est pas le même sur tout le territoire, la fibre n'arrive pas partout, et la radio est un moyen simple et pratique pour écouter des contenus, éventuellement en faisant autre chose ou en mobilité, simplement en appuyant sur un bouton. On ne peut pas faire plus accessible que la radio ! Ensuite au lieu de décomposer l'audience de Culture en CSP, regardes les tranches d'âge : l'audience de Culture est constituée majoritairement de retraités, plus habitués à écouter la radio qu'à passer leur temps sur Internet. P. S. : sondages Idf ce matin : Culture 4.3% tant en AC qu'en PDA... Pourtant ce n'est pas l'offre culturelle qui manque dans cette région, comment expliquer ce bon score ? P. S. 2 effectivement on va arrêter de nourrir le troll...
  10. France Musique

    Majoritaire, et alors ? Je te le répète, la catégorie “CSP+" inclu les profs, les artisans, les commerçants, les cadres. Tous n'habitent pas forcément à Paris entre 3 musées et à 5 minutes de l'opéra. Tous ne gagnent pas des fortunes. Ces gens représentent du monde, et non une infime minorité comme tu sembles le croire. Donc je ne vois pas où est le problème dans le fait qu'une radio soit majoritairement (et majoritaire ça veut dire un peu plus de la moitié, pas intégralement) écoutée par un groupe qui est très loin de se limiter à une petite caste de milliardaires. Peu d'ouvriers écoutent France Culture, mais dans une France en pleine desindustrialisation, il y a clairement moins d'ouvriers qu'il y a 50 ans. Et si ceux ci préfèrent écouter Skyrock, cela ne constitue pas une raison pour supprimer le reste. Ce que fait Fr2 pourrait parfaitement être fait, d'une manière économiquement viable, par une boîte privée. Par contre aucune radio privée ne pourrait tenir en produisant autant d'heures de programmes aussi diversifiés que Culture. La culture n'a pas vocation à être rentable (tout comme l'éducation).
  11. France Musique

    Si on veut résumer, c'est facile, Sud Radio a été sélectionnée sur tous les étendus ayant déjà fait l'objet d'un appel, y compris la Bretagne (Rennes étendu et Brest étendu) et autres zones de l'ouest (Angers étendu, Le Mans étendu, Nantes étendu, La Rochelle étendu)...
  12. France Musique

    Il y avait eu une tentative. Ils avaient ajouté un "s" à "musique" et élargit le format en 1999. Mais ça n'a pas duré longtemps...
  13. France Musique

    Les sondages parlent d'eux-même... 15.000 agriculteurs écoutent France Culture 6.000 agriculteurs écoutent France Musique (Médiamétrie, audience cumulée 13 ans et plus, lundi-vendredi 5h-24h, 4 janvier - 28 mars 2021)
  14. France Musique

    Les CSP+ écoutent France Culture, mais elle ne sont pas seules à écouter. Certes les ouvriers écoutent peu. L'audience de cette radio est constituée en grande partie de professions intermédiaires et employés, mais surtout de retraités (cette catégorie dispose de plus de temps pour écouter). C'est quoi les "moyens d'accéder à la culture" ? Tu sais à quoi ça correspond, CSP+ ? Ce ne sont pas forcément des gens riches, par exemple un prof qui enseigne en lycée est considéré comme CSP+, et je ne crois pas qu'ils roulent tous sur l'or. La boulangère de ton quartier, comme tous les artisans et commerçants, est aussi considérée comme CSP+. Si on suit ton raisonnement, on peut aussi fermer les bibliothèques municipales, car les CSP+ lisent plus que les ouvriers... Si on veut que tous les publics aient accès à la culture, il faut s'en donner les moyens. S'ils en profitent tant mieux, mais s'ils préfèrent regarder TF1, ils sont libres de la faire. L'essentiel est d'avoir du choix. Si tu veux faire de vraies économies, fermes France 2, car celle là coute un "pognon de dingue", et le privé pourra probablement faire aussi bien ! Faux. Par exemple les doublons de Paris avaient été supprimés. Certes, une des fréquences libérée avait servi pour le Mouv', mais l'autre avait été attribuée à des services privés. Lors du plan FM 2006, de nombreuses fréquences de Radio France avaient été "réaménagées" pour dégager de nouvelles ressources à mettre en appel pour le privé. Idem sur des appels plus récents. Ce sont surtout 3 grands groupes privés qui se sont gavés de fréquences, ne laissant pas grand chose aux autres.
  15. France Musique

    Entièrement d'accord sur ce point. Cette redevance date d'une période révolue. Ça serait effectivement une solution, mais certains objecteront que leurs écrans servent à travailler et non à regarder des programmes issus de l'audiovisuel public. On retrouve le même problème qu'avec la taxe sur les supports numériques (CD vierges, disques durs, etc.) destinée à rétribuer les créateurs d'œuvres au titre de la copie privée. Après, tout dépend du montant de ces taxes... Je pense qu'un service public est indispensable, car certains types de programmes ne seront jamais rentables et sont néanmoins utiles. Idem pour la diffusion, aucun opérateur privé n'aura de modèle économique à couvrir ce que couvrent actuellement les trois réseaux historiques de RF. Par contre on peut se demander s'il est nécessaire d'avoir autant de chaînes publiques (surtout pour la télé, car c'est cela qui coûte cher, pas la radio). France 3 c'est du local, France 5 c'est du culturel, deux créneaux sur lesquels un opérateur privé serait incapable de faire mieux en étant viable, Info permet de s'informer via une rédaction indépendante des annonceurs... Mais France 2 ? Il faudrait aussi voir si certaines boîtes de prod privées qui fournissent des programmes à France TV ne s'engraissent pas trop sur dos de l'audiovisuel public...
×