Aller au contenu

Alerte Covid-19 #RestezChezVous

Depuis janvier 2020 une épidémie de Coronavirus COVID-19 (ex 2019-nCoV) s’est propagée en France. Retrouvez toutes les informations officielles sur le site du Gouvernementhttps://www.gouvernement.fr/info-coronavirus. Ne propagez pas de fausses nouvelles.
Et #RestezChezVous

Hot AC

Membres +
  • Compteur de contenus

    406
  • Inscription

  • Dernière visite

Réputation sur la communauté

51 Excellente

1 abonné

À propos de Hot AC

  • Rang
    Initié Radio
  1. Nostalgie la radio des ...

    Les années 60-70 en 2016 ? En 2016, les années 80 étaient déjà bien présentes à l'antenne. Et les restes d'années 60 et 70 encore présents n'étaient pas représentatifs des titres de ces 2 décennies diffusées il y a 10 ou 15 ans. En 2016, les chanteurs cités plus haut comme Brel; Brassens, Ferrat, Dassin, Lenormand, Simon & Garfunkel avaient assez largement disparu de la prog. Il y a eu de nombreuses années de transition entre le format "La Légende" des années 2000 qui cartonnait et le format 80s d'aujourd'hui. Le format La Légende ne peut pas être jugé sur les audiences de 2015 ou 2016, il était déjà enterré. Pour Nostalgie, le problème du format La Légende n'était je pense pas tant l'audience globale mais plutôt sa répartition par classe d'âges. La régie publicitaire et les annonceurs préfèrent les actifs aux retraités. Même si le format La Légende peut aussi attirer des auditeurs plus jeunes pour changer d'ambiance, enrichir sa culture musicale,...
  2. FG. Au plus bas

    -
  3. FG. Au plus bas

    J'ai écouté l'ITW d'Antoine Baduel sur la Max Radio (merci à @fonzy pour l'info). Il présente des arguments pour expliquer l'évolution de la programmation à partir du milieu des années 2010. Je respecte mais ne suis pas convaincu. Il cite des productions, essentiellement l'EDM big room du début et milieu des années 2010, considérées comme trop médiocres qualitativement, pour justifier le virage de la programmation. Ce n'est pas une justification satisfaisante pour avoir à ce point ralenti le rythme à l'antenne. Il n'y avait pas que le big room le plus populaire sur FG avant ce virage. Il y avait par exemple de la progressive house, des titres qui passaient par exemple dans l'émission de Jean-Jérôme en fin de soirée (2012 je crois), Tristan Garner, Laventina, Wolfgang Gartner,... Et aujourd'hui avec Maxximum il prouve qu'il est possible de faire une radio plus rythmée que FG. Donc, désolé, je ne suis pas convaincu d'une nécessité impérieuse de réduire autant le rythme sur FG. Diminuer la diffusion de Martin Garrix et consorts si vraiment il n'en pouvait plus, ok, pourquoi pas. Mais de là à faire une antenne à peine aussi rythmée que Virgin Radio, non, je ne suis pas d'accord. Et qu'est-ce qui a justifié ces dernières années la diffusion en masse de titres disco des années 70 et pop des années 80 ? Là ça ne peut pas être en tout cas à cause de Garrix ni de Dimitri Vegas & Like Mike. J'estime que FG n'a pas vocation à être un mélange entre Virgin Radio et Nostalgie. Il semblerait qu'il s'agissait aussi de vieillir la cible de FG, Antoine Baduel explique que les enfants et les parents ne veulent pas écouter la même musique. Maxximum s'adresserait aux "enfants" (les 15-25 ans) et FG aux parents (les gens qui ont des enfants de 20 ans sont au moins quadras sinon quinquas). Ce qui m'a plu chez Antoine Baduel c'est qu'il est passionné de musique et sincère quand il explique ses goûts. C'est toujours une chance d'avoir un passionné de musique pour diriger une radio musicale. Et avec cette lecture on peut comprendre FG : jeune enfant il a découvert la passion de la musique avec le disco, aujourd'hui il apprécie surtout les ambiances lounge-chill-chic. On retrouve cela sur FG. FG a une âme, on aime ou on aime pas. Mes goûts ne sont pas dans la cible, tant pis pour moi et tous ceux qui ne s'y retrouvent pas.
  4. La radio en Allemagne

    Doublon, merci de supprimer
  5. La radio en Allemagne

    Salut FJL, Comme l'ont dit les autres, il n'y a pas de radios nationales en FM, à part 2 radios publiques (ça change un peu avec le DAB+). Les radios sont soient locales, soient régionales. Le service public est très puissant, il y a une petite dizaine de groupes publics régionaux ou multi-régionaux qui ont chacun leurs propres stations, y compris leurs radios culturelles et d'info. Souvent, une bonne partie des radios publiques a une programmation musicale commerciale et diffuse à peu près autant de pub que les radios privées (qui elles passent moins de pub que les radios privées françaises). L'audience privé/public se répartit plus ou moins à 50/50. Il n'y a pas de radios généralistes à la française et peu de radios talk en dehors des radios tout-info, qui sont toutes publiques. Il y a 0 radio privée talk ou info. En contrepartie, il y a plus d'info sur les radios musicales (flash toutes les heures, souvent même 24h/24, pas toujours en direct), c'est une obligation. Particularité : il n'y a pas de radios autoroutières comme en France mais il y a de l'info trafic, généralement toutes les 30 minutes, sur la plupart des radios, quel que soit le format. Le format le plus populaire est adulte contemporain avec mélange de nouveautés et de golds, un peu comme RFM mais avec plus de nouveautés ou comme certaines radios des Indés Radios. Les formats hit comme NRJ sont plus rares et derrière en audience. Le format rock/classic rock fonctionne bien, les quadras et quinquas automobilistes ciblés sont un vivier d'auditeurs nombreux et fidèles. Le format oldies est bien présent, ce sont souvent des anciennes radios de variété allemande qui se sont transformées en format oldies ou soft pop. Pour les audiences, c'est difficile de comparer car les radios en tête sont régionales et ont chacune des zones de couverture de taille différente, c'est comme comparer entre elles les audiences d'Alouette, Vibration, Contact, Scoop,... C'est un peu comparer des choux et des carottes. Mais voici quand même un classement : Radio Auditeurs moyen par heure en milliers Radio NRW 1.500 Bayern 1 1.104 SWR 3 998 WDR 2 950 Antenne Bayern 805 1Live 746 NDR 2 740 Bayern 3 728 Hit-Radio FFH 458 radio ffn 418 SWR 4 BW 414 SWR 1 BW 411 MDR Sachsen 406 Radio BOB! 395 MDR Jump 328 hr3 288 hr4 285 R.SH 238 Rock Antenne 233 Klassik Radio 228 La radio en tête n'en est pas vraiment une, c'est une banque de programme qui regroupe des radios locales dans une région précise, la plus peuplée. Source : https://www.dwdl.de/zahlenzentrale/78503/antenne_bayern_und_bayern_3_fuehren_verliererliste_an/
  6. Nostalgie Léman

    Comme @DJDan', je connais mieux NRJ Léman que Nostalgie Léman mais le principe semble être le même. Concernant le statut, c'est original : ce sont des radios françaises, qui ont leurs studios en France, leurs émetteurs en France, une fréquence française et ont une autorisation du CSA comme n'importe quelle autre station locale de NRJ Group. Mais à l'antenne, le public visé est majoritairement suisse, seules des pubs locales sont diffusées, vendues surtout auprès d'annonceurs suisses. C'est peut-être anecdotique mais l'audience en France de ces stations est comptabilisée dans l'audience nationale de NRJ et Nostalgie alors que les pubs nationales des annonceurs français n'y sont pas diffusées. Dans l'esprit c'est un peu comme les radios périphériques autrefois en France qui émettaient de l'étranger vers la France et s'adressaient aux auditeurs et annonceurs français. Ici c'est la même chose à l'envers pour la Suisse.
  7. Rentrée Nostalgie

    ça a été progressif la transition de Nostalgie. Il y a eu la période la Légende, 100 % années 60 et 70 avec beaucoup de titres emblématiques, parfois kitsch, et un bel équilibre des genres (chanteurs à textes, yéyés, soul/Motown, rock'n'roll, disco, pop, variété populaire des 70s). Depuis des années, les 80's dominent. Mais entre les 2, la transition a été par étapes. Je crois me souvenir que dans un premier temps les titres les plus traditionnels des 60s ont été réduits tandis que les 80s ont été introduites timidement en journée (à l'origine c'était une émission ovni en soirée qui tranchait totalement avec le reste de la prog, une radio dans la radio). On était désormais sur une domination des 70s. Il y a ensuite eu le slogan "la légende des années 60, 70 et 80" : en réalité les 60s avaient déjà quasiment disparu, de nombreux artistes de l'époque la Légende étaient supprimés du catalogue. Les années 80 ne dominaient pas encore. C'était une période assez ennuyeuse je trouve : les titres emblématiques du format Nostalgie La Légende se faisaient rares sans que l'impression de rajeunissement de la prog ne soit vraiment là. On avait le sentiment d'une prog très timide et tiède. Et progressivement on est arrivé à ce format à dominante années 80 en retirant aussi la plupart des titres des 70s de la période La Légende. Il faudrait regarder année par année les audiences durant ces années de transition. Pour finir, le problème n'était peut-être pas tant l'audience absolue mais sa répartition par tranches d'âge. La régie publicitaire souhaitait avoir plus d'auditeurs actifs de moins de 60 ans car les annonceurs s'intéressent moins aux plus âgés. D'où les purges assez violentes du début des années 2010.
  8. FG. Au plus bas

    Merci pour cette référence, je ne connaissais pas cette ITW, je vais écouter. Mais effectivement, sans savoir que ça avait aussi brutal, cela correspond pour moi à la période à partir de laquelle je me suis moins intéressé à FG. J'aimais bien FG au début des années 2010 et j'ai eu l'impression de l'aimer de moins en moins au fil des ans. Les reproches que je fais à FG sont : - des titres qui restent trop longtemps en forte rotation (trop de mois) - pas assez de rythme - des golds très anciens (années 70 et 80) et paradoxalement peu des golds des années 2000 et début 2010 C'est difficile pour les auditeurs de savoir à quoi s'attendre avec FG. D'un côté, en tant que radio spécialisée électro, les personnes qui n'apprécient pas particulièrement ce genre ont peu de chances de s'y aventurer et de l'autre ceux qui aiment la dance, l'électro le rythme sont frustrés par la pop des années 80 (peut-être des clins d'œil pertinents à l'histoire et la culture de FG mais ça n'est pas la question), le manque de nouveautés et de rythme. Il y a parfois des belles surprises comme Cloud Party mis en place cette année. Je conserve un attachement à FG mais j'écoute peu, avec regret
  9. Soupe à la grimace chez Top music en Alsace

    Je n’ai pas dit ça et surtout je n’en sais strictement rien. C’était juste un petit clin d’œil puisqu’aucune info officielle n’a été publiée sur la rentrée de Jérôme Delaveau et que la réponse de Pascal Muller à son tweet peut servir à alimenter des spéculations
  10. Fun Radio le son éléctro latino !

    Merci pour la correction, je ne savais pas pour cette pause estivale, je n’ai pas écouté ces derniers jours. J’ai vu que l’émission est toujours sur leur site donc on peut supposer qu’elle sera de retour à la rentrée
  11. RMC se dégrade

    Je crois aussi qu’au fil du temps la place laissée à la parole des auditeurs s’est réduite, au profit des débats entre chroniqueurs et polémistes. Dans la version ancienne de Bourdin & Co, l’émission commençait à 7 heures avec une matinale info plutôt classique jusqu’à 9 heures puis enchaînait sur 2 heures de libre antenne avec JJ Bourdin jusqu’à 11 heures. L’émission de Brigitte Lahaie était aussi basée sur des témoignages d’auditeurs. Tout cela a été réduit au profit de programmes plus télégéniques, au point qu’on ne sait plus si les programmes de RMC sont de la radio filmée ou des émissions de TV reprises en radio
  12. Golds sur NRJ

    Merci pour vos réponses, oui, pas mal du tout ! Espérons que ça continue à la rentrée, enfin dans les quelques tranches musicales qui subsistent.
  13. Fun Radio le son éléctro latino !

    Il y a aussi l’émission Flaix Urban tous les soirs, 3h d’urban latino et reggaeton non stop. Pour le moment il y a plus de reggaeton sur Flaix que sur Fun. La grande différence qui restera, quelle que soit l’évolution que prendra Fun à la rentrée, ce sont les quotas francophones. Donc Fun Radio ne pourra de toute façon pas faire de 50% dance/electro et 50% d’urban latino hispanophone. Je pense que les titres hispanophones resteront largement minoritaires (15% ?), dans une proportion proche de ce que fait Flaix FM, et qu’il y aura des titres francophones comme il en à toujours eu. Et mathématiquement il restera au final moins de place pour la dance/electro qu’il en reste sur Flaix FM.
  14. Golds sur NRJ

    À l’instant Dilemma de Nelly et Kelly Rowland, très bon titre d’ailleurs ! C’est un son sorti en 2002. C’est rare un gold vieux de 18 ans sur NRJ, non ? Avez-vous remarqué vous aussi des golds un peu anciens récemment sur NRJ ? Je ne parle pas des titres de 2016 ou 2017.
×