Aller au contenu

Bienvenue

Bienvenue sur cette nouvelle Libre-Antenne, qui réunit la Libre-Antenne historique de Radioactu et le forum Radios-fr.com. Dans le forum "Radios", vous trouverez la fusion des forums Radios de la Libre-Antenne et de radios-fr.com. Il est possible qu'il manque quelques jours de messages, nous vous prions de nous en excuser. Nous vous invitons à créer dès maintenant votre compte si ce n'est pas déjà fait, en cliquant sur "S'inscrire" ! Belle nouvelle expérience sur libreantenne.radioactu.com ! La team Radioactu

M2

Membres
  • Compteur de contenus

    36
  • Inscription

  • Dernière visite

Réputation sur la communauté

1 Neutre

À propos de M2

  • Rang
    Advanced Member
  1. Radio Dallas Loisir - RDL (62)

    La radio doit garder ses programmes propres : https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=B6DA98FACCD3A7DC39D2C557D30C4D9F.tplgfr24s_1?cidTexte=JORFTEXT000037291671&dateTexte=&oldAction=rechJO&categorieLien=id&idJO=JORFCONT000037290762 Ensuite, j'imagine qu'il ya diverses façon d'interpréter une convention, surtout niveau musique. Mais a priori RDL fonctionne bien en audience, alors pourquoi tout changer ? C'est surtout au niveau régie pub que les concurrents sur la zone doivent commencer à flipper...
  2. Exclu : Les Nouveau Studio de Virgin Radio

    Beaucoup moins cheap que ceux de RTL qui ressemblent à une cantine d'un centre de vacances de cheminots (murs blancs hôpital, vieux placo au plafond), avec vaguement quelques écrans plats pour QUAND MEME faire moderne et afficher avec fierté le NOM de la radio !!! Pas mal de modestes B en région font bien mieux !!! Quand on pense à l'un des anciens studios de RTL avec la mosaïque rouge en relief... ça au moins ça avait de la gueule pour la première radio de France. Ne parlons pas de la façade... Quand tu arrivais face à Vasarely à Bayard, rien que ca, la radio t'en mettait plein la vue... C'était compliqué de faire une façade qui en jette un peu plus ? Pas forcément Vasarely mais un gros logo en relief au moins, quelque chose, quoi... Encore une fois, un pauvre écran plat au dessus d'une porte vitrée avec les logos des trois radios qui défilent... Les pauvres hommes politiques de premier plan qui doivent, dès potron-minet, rentrer dans cet immeuble de bureau quelconque pour être interviewés... J'espère que la cafète d'accueil rattrape le coup.
  3. Radio Dallas Loisir - RDL (62)

    Sans doute pour cette news du jour ? : "Le 25 juillet 2018, le CSA donne son agrément de la reprise de la SARL TF Finances par la SAS La Voix FM détenue à 100% par la SA La voix du Nord."
  4. Appel 2 multiplex Metropolitain en dab+

    Si c’est un problème de coûts, trois groupes nationaux peuvent arriver sans frais sur le DAB+ : RTL, Europe et RMC. C’est simple, il leur suffit de couper leur émetteur GO et de réinvestir les quelques millions annuels d’economie sur le réseau DAB+. Coût zéro. Impact sur l’audience ? Zéro aussi. La fin de la diffusion GO pour France Inter n’a eu aucun impact sur ses audiences, au contraire elles étaient record l’année suivante. Les radios peuvent bien sûr économiser sur les GO et réinvestir sur l’IP voire sur rien du tout (et se payer un méga restau) mais je demande à voir dans 5 ans où ils seront au milieu d’une concurrence numérique plus féroce que jamais et où leurs radios, sur IP, ne rivaliseront plus avec les nouveaux Netflix de la radio. Demandez à TF1 s’ils veulent vraiment arrêter la TNT pour n’être diffusés que par les box ou internet !!! Du réalisme les gens. Sans investissement sur de nouveaux canaux la radio va regarder chaque année ses audiences et son chiffre d’affaire décroître de 3 à 5 % par an comme c’est le cas actuellement, et une fois qu’on aura vendu les sièges historiques, remplacé les animateurs par des ordis, il n’y aura plus grand chose à gratter sur l’os, et avec ces anciennes radios premium devenues des coquillles vides, les gens écouteront effectivement FIP et Radio Meuh sur internet à la place.
  5. Edouard Baer dès la rentrée... sur France Inter !

    Tu parles... Niveau zéro prise de risque on fait pas mieux. On recréé le vieil esprit canal, très parisien, avec des "jeunes talents" de la génération radio/télé des années 90... C'est comme le retour de burger quiz en télé, honnêtement... Toute la Cité de la peur et des Robin des Bois sur un plateau. Ok mais c'est vieux. On fait des grilles avec des catalogues de stars sans aucun risque - et qui ne doivent pas être gratuites au passage... Mais effectivement, tu as raison, c'est dans le positionnement marketing du produit. Mais la prise de risque est zéro. A terme, on risque l'usure car on approche de la caricature... Enfin, ce n'est que mon avis.
  6. Radio FG fait de la pub pour Sud Radio à toulouse ?

    Qu’ils aient été obligé ou non, c’est très loyal et respectable comme procédé, vu que tout le monde a fait des efforts pour faire de la place aux autres. est ce que 100% fait la même chose pour france bleu ? ...
  7. Dubitatif

    C'est tellement un sac de noeud qu'on ne sait pas qui fraude qui... Il faudrait à ce stade qu'un média d'investigation genre Le Canard Enchaîné mette le nez dedans en détail pour démêler le vrai du faux...
  8. Si l'émission revenait, déjà, elle ne s'appellerait plus Skyrave car Skyrock n'a pas le droit d'utiliser le mot "Sky" autre qu'avec "rock" ou "zine".
  9. Beug son nova lyon

    Moi j'entends des mix de comblage en fin d'écran donc je me demande
  10. Beug son nova lyon

    "Tout à perdre"... vu le prix d'une fréquence à Lyon, je ne crois pas...
  11. Beug son nova lyon

    "Malheureusement"... ? Ce qui s'est passé à Lyon est un véritable hold-up de fréquence comme on n'en avait pas vu depuis les années 90 avec Rire et Chansons. En gros, des radios locales reprises en sous-main, en douce (tiens, on change le logo, puis on change les jingles) et après on demande un passage en C "pour la survie de la station". Et là c'est encore pire, c'est une A qui est passée sous les fourches caudines ! Donc une radio en théorie "anti-fric". Comment le CSA peut-il avaliser ce genre de deals ? Il y avait une règle du NIET depuis Rire et Chansons en 1997 - ce qui fait que les B existent toujours aujourd'hui (grâce aussi aux Indés Radios qui ont sauvé le modèle économique de ces radios - et le voice track :)). A Lyon il y avait d'autres candidats en A qui pouvaient reprendre la fréquence sans aucun problème... et le paysage était déjà bien fourni en B et en C niveau pub locale. Si les dirigeants étaient fatigués de faire de la radio asso, rien ne leur empêchait de passer la main... mais ca devait être plus intéressant d'aller parler à des "radios amies" à Paris (parce qu'on est des cools avant tout chez Nova, hein). Si Pic FM était passé aussi, c'était la fin de la catégorie A, tout simplement.
  12. Skyrock Le Havre 89.6 : PUB LOCALE ?????

    Si c'est vrai, alors ça n'est pas la première fois... (cf précédentes mises en demeure pour Toulon et Nice) C'est assez scandaleux pour plusieurs raisons : - Skyrock a fait fermer la plupart des stations de son réseau au début des années 2000, parfois même en expropriant les anciens propriétaires des locales qui souhaitaient pourtant quitter le réseau rap (cf Skyrock Pays de Loire et Skyrock Bretagne), - Avec ses fréquences de D, la station s'affranchit de tout coût de structure locale (studios, animateurs, programmes locaux) mais souhaite bénéficier des revenus de la pub locale, au détriment et en compétition des vraies radios locales de catégorie B et C sur la zone, - Skyrock pleurniche pour avoir de nouvelles fréquences ailleurs mais ne respecte pas les règles sur celles qu'elle a déjà. Bref, le CSA devrait sévir soit avec des suspensions d'émettre de 24 à 48h sur les zones concernées, soit avec des sanctions pécunières dissuasives puisqu'il s'agit là de cas de récidive.
  13. [Médiamétrie]Non, les jeunes ne délaissent pas la radio

    N'oublions pas non plus que Médiamétrie est un institut de sondages qui appartient aux radios... et qui n'a donc aucun intérêt à montrer des résultats en déclin. Il y a autant de méthodologies que de sondages... Spotify passe son temps à publier des études qui montrent l'inverse. La vérité se trouve sans doute quelque part entre les deux (bonne résistance mais en baisse tout de même, au moins en durée d'écoute).
  14. Est ce que cela pourrait être lié à la mise en vente de Towercast par NRJ ? Pourquoi RTL craindrait le nouveau propriétaire potentiel, et qui est-t-il ? Sachant que le propriétaire actuel, NRJ, est déjà un concurrent radio de RTL, et que cela ne semblait pas être un problème dans le domaine de la diffusion. Bas les masques !
  15. NOVA à Lyon = pour quand?

    La différence c'est que dès 2014, la station, sous statut associatif, a bizarrement changé de programme, adopté l'habillage, le slogan et le logo d'une radio privée parisienne... or les choses se font rarement gratuitement, même "entre amis". Si ce cas passait, la signature "le grand mix" pourrait se retrouver rapidement adossée au nom de beaucoup d'autres radios associatives en France. Cela rappelle furieusement l'épisode "la radio du rire", slogan adossé à un bon nombre de radios locales au milieu des années 90 qui ont finalement disparu au profit de Rire et Chansons, un réseau national. La reprise en sous main d'une radio est strictement interdit par la loi et depuis 1997, cela est strictement contrôlé par le CSA, ce qui a permis de garder un nombre important d'opérateurs en catégories A et B jusqu'à aujourd'hui. Revenir à l'avant 1997, c'est revenir à l'illégalité, à l'anarchie et au monnayage de fréquences gratuites appartenant au domaine public, et qui ne peuvent changer de concessionnaire qu'avec accord préalable du CSA et sans changement de catégorie. Certes un appel à candidature a eu lieu avec la réattribution à une société, mais un important soupçon de prise de contrôle au préalable existe dans le cas RTU ; et les changements opérés au préalable à l'antenne ont mis l'instance de régulation devant le fait accompli - qui a choisi Nova et non tout autre projet concurrent. Enfin, aucune étude d'impact n'a été réalisée en amont de l'appel pour l'arrivée d'un nouvel opérateur sur le marché de la publicité locale, déjà relativement bien occupé dans la capitale des Gaules.
×