Aller au contenu

misterpoussin

Membres
  • Compteur de contenus

    86
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de misterpoussin

  • Rang
    Connaisseur Radio

Visiteurs récents du profil

968 visualisations du profil
  1. Ces profils et états d'esprit communs dans le secteur radio ...

    ERREUR ! Le principal c'est que ton public (ou ta cible) soit satisfait. Je connais une foule de directeurs d'antenne qui sont satisfaits de leurs animateurs avec pourtant des chiffres qui plongent littéralement, pourvu qu'on leur mange dans la main sans jamais parler de "radio". Ce débat semble parler des névroses des animateurs "employés"... et celles des cadres et dirigeants, on en parle quand ? Surtout qu'en ce moment, les exemples sont nombreux.
  2. DKL, une radio de l'Est totalement à l'Ouest !

    Moi j'adore surtout Tonton Robby le dimanche matin entre 7h et 12h, un vrai bonheur car c'est encore de la radio avec une énorme proximité affective et géographique, des notions qui disparaissent sur la plupart des chaînes. Il est un peu l'esprit de l'ancien Dreyeckland qui cartonnait. Alors oui, on est loin de la "branchitude" et de la "modernitude" vu de Paris ! Pourtant, je suis certain que cette émission de dédicaces où tout est possible et où TOUTES LES MUSIQUES passent à l'antenne pour peu que les auditeurs en aient fait la demande, fait un bien fou à beaucoup de personnes (plutôt seniors, c'est vrai... mais pourquoi la radio devrait absolument mettre de côté cette cible encore très présente sur ce média ?). Je ne déteste pas la programmation du reste de la semaine qui est loin d'être désagréable (entre grosses nouveautés et grosses "vieilleries") mais c'est un peu plus "plan plan" et ça manque surtout d'incarnation. Gardez encore longtemps le Tonton, DKL.
  3. C’cauet

    Franchement, tu as déjà écouté l'émission ?
  4. C’cauet

    En tout cas, ça ne gâche rien à la qualité de cette émission qui est pour moi, la plus divertissante du moment à cette heure là. C'est drôle, bien écrit, bien préparé, loin d'être bête, on apprend plein de petites infos et la liberté de ton est assez grande (ça balance même assez souvent sur les politiques et les médias). La cible est clairement plus les parents que les ados eux-mêmes, ce qui est bien joué. Je me souviens qu'à l'époque, Philippe Bouvard voyait Cauet pour le remplacer sur RTL... force est de constater qu'il n'avait pas tort quand on voit à quel point Cauet sait se renouveler et "vieillit" parfaitement bien avec sa cible alors que Ruquier est sur la pente descendante seulement 5 ans après avoir repris l'émission.
  5. Fun gold français ce matin

    C'est la fête sur Fun !!!! Perso, je ne sus pas fan, si je me branche sur cette station ce n'est certainement pas pour entendre des titres comme ça. Beaucoup de radios B font leur beurre sur le vintage 90's et 2000's, peut-être que Fun va essayer cette piste (les très jeunes n'écoutent plus la radio, c'est un fait et ils n'écoutent de toutes façons pas vraiment la dance traditionnelle de la station). Quelle est la tranche d'âge la plus "jeune" à écouter encore massivement la "radio" : les trentenaires et les quarantenaires. Le calcul est vite vu. Poirquoi pas... finalement.
  6. Bientôt sous la barre des 40 millions

    Keep calm, ton argument sera aussi valable quand l'écoute globale sera tombée à 50% ("mais c'est une prouesse de réunir la moitié de la population vu la sursolicitation des auditeurs..."). Et donc ? On attend que ça baisse encore pour commencer à réfléchir et en attendant on regarde la salle se vider sans réagir ? Une structure qui perd 2 millions de "clients" et un contexte qui prouve qu'ils ne reviendront pas de sitôt, qu'est ce qu'il faut de plus pour commencer à s'affoler ?
  7. Bientôt sous la barre des 40 millions

    J'ai bien peur que le DAB+ en France ne change pas grand chose à la situation. Il faut voir la valeur ajoutée ou les véritables nouveautés qui seront apportées par le DAB+... pas grand chose à l'exception de Melody ou Skyrock Klassiks. Pour le reste, ce sera simplement la couverture des éternelles radios B ou des robinets à tubes fades qui sera allongée sur un territoire plus vaste... mais on peut déjà les écouter en 4(5)G sur le téléphone. Si on ne le fait pas aujourd'hui alors qu'on a TOUS un smartphone très simple d'utilisation, je ne vois pas pourquoi on le ferait en passant par le DAB dans quelques années. La radio n'est simplement plus le média de cœur des Français et ils s'en passent aisément quand ils restent à la maison (pourtant, il y a encore 10 ans, même en été, la radio faisait le plein). C'est si facile de dire que c'est la faute au confinement sans chercher ailleurs... mais si le produit était vraiment attractif, ça ne chuterait pas à ce point, non ?! La télé investit énormément dans ses programmes (fictions, émissions événementielles, programmes d'accompagnement l'après-midi et le soir, augmentation du local sur France 3, même la matinée est désormais une concurrence pour la radio avec les chaînes d'info et CNEWS en particulier, ce qui n'était vraiment pas le cas avant), résultat, la télévision qui était donnée pour morte retrouve du poil de la bête. En radio, où sont ces investissements, ces prises de risque, cette créativité, cette personnalité et cette manière de faire comprendre aux téléspectateurs que ce qu'ils regardent n'existe pas ailleurs ? A l'exception de France Inter, je ne vois pas. La radio prend ses auditeurs, au mieux, comme des chiffres dans un tableau pour vendre de la pub et, au pire, comme des abrutis qui ne méritent pas qu'on se casse le cul pour leur proposer mieux que tout ce qui se fait depuis 20 ans... désormais, les auditeurs nous le rendent bien. Oui il y aussi Netflix et Spotify, Deezer... mais ces plateformes ont surtout fait comprendre à beaucoup de monde qu'il pouvait y avoir des programmes grandioses, travaillés, d'un bon niveau et spectaculaires. La radio dort, elle se prend des baffes... mais rien ne la réveille, c'est fascinant.
  8. Le Canard enchainé se moque de France BLEU

    C'est vrai... mais il faut dire que c'est un réseau qui part de très très loin (la 1ere telle qu'elle est aujourd'hui n'a que 10 ans). Du temps de RFO, avant l'intégration à FTV, ces radios étaient totalement à l'abandon ou dirigées depuis Paris (avec les erreurs que l'on voit aujourd'hui sur Bleu). Mais en peu de temps, Martinique 1ere et Guadeloupe 1ere ont bien progressé que ce soit en qualité ou en audience et en gardant chacune une identité particulière avec une grande autonomie. Pour la Réunion, c'est effectivement un désastre mais les autres 1ere s'en sortent bien sans être forcément leader. Le fonctionnement de ce réseau pourrait être un modèle pour Bleu et c'est surtout l'exemple le plus abouti en France de synergies réussies entre la télé, la radio et le site internet de la 1ere.
  9. Le Canard enchainé se moque de France BLEU

    Quand on dit "ORTF" aujourd'hui, on ne peut s'empecher de penser à des médias poussiéreux, totalement sous contrôle du pouvoir et sans aucune liberté. Mais les radios locales qui ont connu la période FR3 étaient toutes des succès d'audience et d'estime dans leur zone car elles connaissaient parfaitement leurs teritoires et se donnaient les moyens de faire de la radio au plus près de leurs auditeurs. Il s'agissait de vraies radios locales qui proposaient des programmes très variés de 5h à 23h (y compris le week-end) qui ne s'interdisaient aucun sujet ou aucun thème et à qui la direction parisienne laissaient une certaine liberté. Encore aujourd'hui, les France Bleu les plus performantes (même si elles sont en baisse quasiment partout) sont des anciennes FR3 Radio et des héritières de la période ORTF. Croire que France Bleu peut se gérer comme une radio nationale, croire que c'est avant tout une musicale, croire qu'il ne faut pas laisser de latitude aux équipe en region car ils vont faire "n'importe quoi", croire que les 35-45 ans d'aujourd'hui vont se mettre à écouter Bleu parce qu'on y diffuse les musiques de Tik Tok et croire qu'ils vont remplacer les seniors qui fuient désormais cette radio... C'EST DE LA FOLIE !
  10. Le Canard enchainé se moque de France BLEU

    Radio France n'a jamais su quoi faire de cette radio. Le temps est peut être venu de la sortir de ce groupe pour vraiment la rapprocher de France 3 : soit au sein de France.tv (qui fait de très bonnes radios dans les DOM-TOM), soit dans une nouvelle structure (une sorte de "France Région" indépendante et qui ne serait pas basée à Paris). Et surtout, il faut la décentraliser et redonner du pouvoir à ceux qui la font en province. On voit bien que la stituation actuelle est un naufrage à cause de sa direction parisienne qui n'a rien compris à ce qu'était un réseau de radios locales et qui la dirige comme RTL2). Le souci, c'est que Bleu va continuer à baisser mais nous ne sommes plus dans les années 80 ou 90... aujourd'hui, une radio qui se casse la gueule ne retrouve jamais ses auditeurs perdus (qui se sont tournés vers d'autres supports, internet mais aussi la télé). La France est le seul pays où ses radios locales de service public sont autant à la traîne, partout ailleurs elles sont toujours dans le top 3, ça fait réfléchir.
  11. Rmc Neumann/Lechypre, Laure Closier désagréable

    Ce qui est étonnant dans cette émission, c'est qu'elle s'appelle "Neumann-Lechypre" mais on y entend surtout Laure Closier, je me suis fait la même réflexion que vous. Hier entre 14h et 15h, j'ai cru que les deux autres étaient absents tellement elle monopolisait le micro. Je regrette beaucoup Philippe Lellouche dans cette case qui apportait vraiment quelque chose de différent par rapport aux autres émissions d'RMC... et qui n'était PAS DU TOUT politiquement correct !
  12. Bernard POIRETTE quitte Radio Classique

    On aime ou pas Inter mais il est indéniable que c'est une radio qui a de l'esprit, de la personnalité, ceux qui la fabriquent ont une certaine liberté et elle est tout sauf "fade". Certes, tout ça la pousse toujours du même côte (c'est un autre débat) mais ça marche et c'est incontestable et c'est surtout la seule généraliste à gagner des auditeurs. Les autres n'ont plus d'ADN et sont TOUTES en baisse. RTL est passée de radio populaire de qualité à radio low-cost au niveau général assez bas, uniquement là pour faire de la retape pour M6 (ça s'entend et les auditeurs le sentent). RMC n'évolue pas et lasse même ses plus fidèles. Europe 1 avait un bon créneau, dédié à ceux qui trouvaient RTL trop popu et Inter trop élitiste, mais aujourd'hui elle n'a plus aucune couleur, on ne sait pas vraiment ce qu'elle propose et pourquoi on l'écouterait. BLEU est passée de radio régionale à dominante généraliste pour public un peu plus âgé que les autres (et ce n'était pas une insulte) à radio musicale pour jeunes adultes où les régions ne sont plus vraiment au cœur du concept. La seule où tout le monde sait parfaitement ce qu'on va y trouver, c'est France Inter. La seule qui prend des risques et qui laisse ses animateurs et journalistes s'exprimer même si ça fait réagir, c'est France Inter. La seule qui fait encore de la radio sans être emmerdée par un grand groupe ou par des problématiques internes qui ne concernent pas les auditeurs, c'est Inter. La seule qui marche encore... c'est Inter (et pourtant, ce n'est pas forcément ma radio de cœur, loin de là).
  13. Bernard POIRETTE quitte Radio Classique

    Non, justement, ce n'est pas pour des restrictions budgétaires puisque son contrat devait aller jusqu'à l'été... et Bernard Poirette sera payé à ne rien faire jusqu'à la fin de son contrat ! Selon Télérama, son ton ne conviendrait pas à la direction de Classique qui préfère l’écarter maintenant, sans attendre. A part sur France Inter, c'est un sale temps pour tous ceux qui ont de la personnalité, de l'esprit et qui proposent un style qui ne soit pas "fade", ça fait peur à toutes les directions et c'est bien dommage. Un exemple de plus pour comprendre le succès de France Inter et la stagnation, voire la chute, des autres.
  14. Bolloré rachète Europe1

    Justement, une France Inter à l'envers avec la même qualité mais simplement un fond de couleur politique bien plus à droite, ça pourrait cartonner ! On aime ou pas CNEWS mais ce n'est pas si "café du commerce" que ça, surtout le soir entre 19h et 20h où il y a très souvent des débats de haute volée. Les radios "estampillées de droite" n'ont pas vraiment une image très qualitative (RMC, Sud Radio... contrairement à Inter ou Culture). Une France Inter de droite, c'est justement tout ce qu'il manque dans le paysage des généralistes et ce fut pendant près de 30 ans, le public type d'Europe 1 (du milieu des années 80 jusque dans les années 2010). Une radio "premium" bien de gauche, une radio "premium" bien de droite, une grande radio populaire neutre et des radios de "niches" tout autour, ça ressemblerait tout simplement à ce qu'il se passe depuis des siècles dans la presse écrite.
  15. La matinale de France Bleu Maine sur France 3 en Sarthe

    Sachant que France 3 était à 0 ou 0,1 selon les régions en 2018 dans cet horaire avant les matinales (j'ai les chiffres devant moi), alors oui ENCORE HEUREUX que ça fait plus mais ça reste tout de même la marge d'erreur. Et avec le même principe, RMC Decouverte qui diffuse la matinale de RMC a progressé bien plus fort et bien plus vite que France 3 en mettant aussi de la radio à la télé et pourtant cette chaîne TV n'a pas la renommée de la 3 et elle est perdue sur son canal 24. C'est bien qu'il y a un problème à la base du côté de France 3, reconnaissez-le.
×