Aller au contenu

Alerte Covid-19 #RestezChezVous

Depuis janvier 2020 une épidémie de Coronavirus COVID-19 (ex 2019-nCoV) s’est propagée en France. Retrouvez toutes les informations officielles sur le site du Gouvernementhttps://www.gouvernement.fr/info-coronavirus. Ne propagez pas de fausses nouvelles.
Et #RestezChezVous

misterpoussin

Membres
  • Compteur de contenus

    68
  • Inscription

  • Dernière visite

Réputation sur la communauté

11 Bonne

À propos de misterpoussin

  • Rang
    Connaisseur Radio

Visiteurs récents du profil

367 visualisations du profil
  1. ou trouver ça !!!!!!!!!!!

    Depuis les derniers sondages, nous sommes nombreux à nous demander si la radio n'est pas en train de mourir... que la profession ne fait plus rêver... etc. Je devine que One Zap ne doit pas être très âgé, qu'il a monté une webradio avec les moyens du bord dans sa chambre parce que c'est un média qui le fait sûrement rêver, qu'il a des choses à apprendre et notamment comment faire un habillage mais qu'il n'a pas de formation sinon il ne ferait pas cette demande ici. Alors il bidouille dans son coin (c'est un bon début pour apprendre le métier et on l'a tous fait ici). Il se dit "tiens, je vais demander à un forum de professionnels, un peu d'aide". Et là... Sarcasmes, ironie à deux balles, private incompréhensibles et pas une seule réponse qui pourrait l'aider. Oui la profession est morte, pas de doute et oui, elle ne fait plus rêver les jeunes... et je crois que je viens de comprendre pourquoi en lisant ce post. Bravo les gars, belle image donnée, ça donne vraiment envie de rejoindre un si beau métier avec de si belles personnes. Ce forum est vraiment le reflet de notre média et de ceux qui le font, on a toutes les explications du déclin en le lisant. Et pour ta demande, One Zap, écrit moi en MP, je te donnerai quelques "WOOSH" pour ta webradio.
  2. Les grosses têtes sur la sellette ?

    Tu as tout à fait raison Bullitos ! Le public de Rien a cirer n'était pas vraiment celui du reste de la grille de France Inter. Le succès de cette émission était paradoxal car beaucoup d'auditeurs venaient écouter ce programme et repartaient ensuite sur d'autres stations. Le fou du roi, même si Bern a eu droit à un accueil déplorable, était bien plus dans l'esprit Inter, j'aimais vraiment cette émission qui avait, comme tu dis, une ambiance bien plus "fine" que Rien à cirer, c'était très agréable à écouter avec un humour rarement "facile". Il y a eu Laurence Boccolini aussi juste avant Bern qui faisait une chouette émission mais elle n'a duré que 3 mois.
  3. Les grosses têtes sur la sellette ?

    Est-ce que tu écoutais vraiment "Rien à cirer" ou "Dans tous les sens" dans les années 90 avec Ruquier sur Inter ?! Il n'y avait aucune tenue des propos, je t'assure... C'était du pur esprit "chansonnier" ultra ringard (déjà pour l'époque) et bourré de clichés sur les femmes, les noirs, les arabes ou les homos (Ruquier ne s'assumait pas du tout et avait tendance à faire énormément de vannes sur le sujet et ce n'était pas du tout de bon goût). Le niveau était à égalité avec les Grosses têtes de Bouvard, je m'en souviens très bien... c'était même beaucoup plus "hard" sur Inter car l'équipe de "Rien à cirer" se donnait une sorte de supériorité intellectuelle (déjà !) que l'on ne pouvait pas remettre en cause alors que les GT ne se sont jamais fait passer pour autre chose qu'une émission de divertissement un peu grasse mais juste faîte pour rigoler un bon coup. Dans cette période, j'étais un ado homo qui se "découvrait" et je peux te dire que je rigolais de bon cœur des vannes de Bouvard et de son équipe... alors que celles de "Rien à cirer" me faisaient beaucoup de mal car ça tombait très souvent dans la méchanceté. D'ailleurs, encore aujourd'hui, quand Inter retrace ses émissions mythiques, elle ne parle jamais de Rien à cirer, preuve que la chaîne n'assume pas ce programme et ce qu'on y disait à l'époque.
  4. Les grosses têtes sur la sellette ?

    Moi je t'ai downvoté... et pourtant je ne suis pas fan du tout des grosses têtes (je suis même d'accord avec toi sur l'essentiel). Il y a un truc qui me gêne dans ton commentaire (mais c'est l'époque qui veut ça) : pourquoi demander l'arrêt d'une émission que tu n'écoutes pas... mais qui plaît pourtant à beaucoup de monde ? Je ne comprendrais jamais. Je n'aime pas les grosses têtes... Eh bah, je suis sur Europe 1 à cette heure et même parfois sur France Inter, c'est tout. Si tu n'aimes pas, n'en dégoute pas les autres ! Et franchement Ruquier était le même sur Inter que sur RTL et même Europe (son image était même plus "beauf" sur inter dans les années 90) mais bizarrement pour toi, il était bien sur inter mais pas sur RTL, étonnant !
  5. RDL, Radio ringarde ?

    Justement, il n'y a pas assez de radios comme RDL en France. Les seniors (et ceux qui aiment la chanson un peu "patrimoine" peu importe l'âge) n'ont pas grand chose à se mettre sous la dent et pourtant ils représentent un très grand public... sauf qu'ils n'intéressent pas les annonceurs. Résultat, pratiquement toutes les radios régionales ressemblent à un mix entre NRJ et RFM. Heureusement, qu'il y a des radios comme RDL ou Radio Bonheur pour encore proposer autre chose. Respect à RDL.
  6. La qualité des émissions de talk sur NRJ

    Voilà plusieurs semaines que j'écoute Radio Stream le soir sur NRJ et je trouve que ce programme est parfois digne d'une bonne radio généraliste. C'est très intéressant, on apprend plein de choses sur l'actualité et le fonctionnement des réseaux sociaux, des jeux vidéos, des applis et parfois même sur la stratégie des marques numériques (là aussi, le niveau des séquences n'a parfois rien à envier à ce qu'on entend sur des radios avec une image plus sérieuse). Très peu de cul, les animateurs parlent correctement sans vulgarité inutile, ce n'est pas "gamin" et c'est divertissant sans être bête. Pour moi, c'est vraiment une bonne surprise, on peut reconnaître à NRJ le mérite de proposer quelque chose de franchement nouveau avec un ton différent de ce qu'on entend habituellement sur cette chaîne. J'espère que cette emssion s'intellera durablement. Difool à pris un petit coup de vieux, du coup. De manière générale, je trouve que les émissions parlées d'NRJ ont vraiment un bon niveau : entre Cauet qui propose un programme bien produit, divertissant et même un peu irrévérencieux sur l'actu et Manu qui reste très sympa à écouter. Toutes ces émissions n'ont rien de honteux. NRJ est devenue une petit semi-généraliste intéressante et avec un tout petit peu de sens. Seul problème... la musique !! (un comble).
  7. Radio Courtoisie

    Tu as raison Bullitos. Est-ce Courtoisie qui s'est calmée... ou certaines autres radios qui se sont dévergondées faisant presque passer Courtoisie pour un média mainstream ? C'est surement un mélange des deux.
  8. Radio Courtoisie

    Radio Courtoisie s'est clairement assagie depuis quelques années (depuis le départ d'Henry de Lesquen qui de 2000 à 2017 en avait vraiment fait une radio extrêmement "trash"). Il n'y a plus grand monde, ni grand chose d'extrême droite depuis la nouvelle présidence. C'est même devenu très Bcbg ! Vous devriez l'écouter au moins une journée complète avant de sortir des phrases stéréotypées qui ne sont plus valables aujourd'hui.
  9. L'occitan occis sur France Bleu Occitanie

    Mais pour toi, Eryx2... A QUOI SERT UN SERVICE PUBLIC DE LA RADIO ? Pour moi, mais ce n'est que mon avis, un service public audiovisuel ne se justifie que lorsqu'il réalise une bonne partie des missions que le secteur privé ne peut (ou veut) faire car non monnayable ou rentable. Sinon pourquoi payer pour avoir un "produit" qui se comporte en grande partie comme une radio commerciale ? Tu parles de "niches" mais les équipes de Bleu ont suffisamment de talents pour transformer la promotion des langues régionales en sujet grand public (dans ce cas, ce n'est plus une niche)... encore faut-il leur donner l'impulsion et les moyens de le faire. Pour moi, il n'y a pas de sujet de niche, il n'y a que des "angles" et des manières de traiter et de raconter un sujet . Personne ne peut dire qu'Inter ressemble à RTL ou Europe (idem avec France Culture, Musique, Info ou FIP). Par contre, pour France Bleu et les indés radio, la différence devient de moins en moins évidente... pareil pour Mouv' avec Skyrock. Si Bleu devient encore plus nationale ou si elle continue de s'interdire d'évoquer tout un pan de la culture et de la vie de ses zones de diffusion car "c'est chiant, pas facile ou pas assez fédérateur" : quel sera alors l'intérêt de payer une redevance pour cette radio ? C'est aussi à Bleu de se creuser les méninges pour tenter de promouvoir tout ce qu'il se passe sur sa zone sans mettre de côté ce qui est moins évident, c'est pour cette mission bien précise qu'on la paye... par pour exploser l'audience en se comportant comme une radio commerciale qui, elle, est effectivement là pour rafler le plus grand nombre 24h/24 afin de faire rentrer de la publicité pour continuer à vivre. Souvenez-vous de la période 1994-1996 de France 2, époque où les programmes étaient relativement proches de ceux de TF1 : la chaîne avait gagné beaucoup de téléspectateurs (Mougeotte avait même dit que pendant cette période, TF1 avait vraiment tremblée devant la 2, la plupart des émissions de F2 s'était même retrouvée sur TF1 ensuite)... mais à quoi bon être une chaîne très regardée payée par les impôts, si c'est pour faire la même chose que le privé ? Inter peut au moins se dire qu'elle est très écoutée sans jamais faire la même chose que RTL, dans ce cas, il y a une vraie mission de service public et ça prouve que c'est tout à fait possible... pourquoi Bleu ne pourrait pas le faire dans des parties plus restreintes du pays sans pour autant devenir une radio élitiste avec son ton bien à elle ?
  10. L'occitan occis sur France Bleu Occitanie

    Non, E1 est restée première une grande partie des années 70 et jusqu'en 1981, son lent déclin date de cette période et ne s'est jamais arrêté depuis pour atteindre les scores que l'on connait aujourd'hui, ça ne date vraiment pas des années 2000, ni même des années 90, les conneries ont commencé dès 81. Ensuite c'est RTL qui a pris le relais avec des scores oscillants entre 21 et 26 pts (même si on ne peut pas totalement comparer ces chiffres avec la méthode d'audience actuelle qui se base sur un panel bien plus large qu'à l'époque, il n'empêche que RTL a totalement écrasé la concurrence pendant deux décennies avec un programme loin d'être au ras des pâquerettes). RTL est passée à peu près de 20 à 16 en octobre 2000 et de 16 à 13 en décembre 2000 après l'accident industriel du rajeunissement de l'antenne (remplacement de Bouvard, licenciement de Georges Lang, départ de Fabrice... etc). Le "ripolinage" actuel de France Bleu me fait un peu penser à ce RTL de septembre 2000 qui ne correspondait plus à ce qu'il avait toujours été. La chute a été fulgurante contrairement à celle d'Europe qui fut lente mais ininterrompue. RTL n'a jamais récupéré ses scores supérieurs à 20 pts d'avant l'été 2000.
  11. L'occitan occis sur France Bleu Occitanie

    Populaire ne veut pas dire : "bas de gamme". France Bleu est tombée dans une certaine paresse intellectuelle, on ne peut le nier (même si les 44 stations sont encore différentes... le ton général n'est pas vraiment à l'élévation). Pourtant c'est possible de faire du populaire "haut de gamme" qui marche. Exemple : dans les années 80 et 90, RTL proposait une vraie radio populaire sans jamais tomber dans la facilité, ni dans le bas de gamme. On y trouvait des morceaux de musique classique ou de jazz au milieu des grandes chansons commerciales, des tranches d'infos très musclées mais aussi des jeux sans prétention, des divertissements avec toujours une forte dose de culture en toile de fond, bref on y apprenait toujours quelque chose sans même s'en rendre compte. Et ça faisait 25 pts à l'époque ! Quand on voit l'audience de France Inter aujourd'hui, on se demande si la radio populaire de notre époque, ce ne serait justement pas ça (quand on fait une telle audience, on est forcément pas écouté QUE par des gauchos bobos CSP+ profs en retraite). Même si Inter n'est plus aussi "perchée" qu'avant, elle reste une radio exigeante et à très forts contenus qui attirent au delà de son auditoire traditionnel et notamment chez ceux qui écoutaient Bleu ou RTL il y a quelques années, ce n'est pas anodin. Évidemment que France Bleu ne doit pas être une France culture en région... mais elle ne doit pas être non plus une radio basée uniquement sur des ficelles commerciales, ce n'est pas son rôle. Une chaîne de service public se doit d'être un tout petit peu plus exigeante. Et au passage, l'équivalent de France Bleu dans la BBC, ce n'est certainement pas radio 1 (radio musicale à destination des jeunes) mais les radios locales de la BBC (comme les locales de RF avant !) ou Radio 2 (un mélange très étonnant de France Inter, de France Bleu et d'Rtl) qui est la radio la plus écoutée du Royaume-Uni.
  12. Top Music, premier sur... la région

    À noter qu'elle a une seule fréquence en dehors des deux départements alsaciens, â Sarrebourg (Moselle, Lorraine). Secteur qui se sent plus proche de L'Alsace que de la Lorraine, il faut bien le dire. Un slogan plus "alsacien" ne les aurait pas dérangé plus que ça, au contraire ! Top Music est sur un territoire à l'identité très forte, qui rayonne même dans les régions limitrophes, je ne comprends pas pourquoi ils ne le revendiquent pas. Ce "premier sur la région" est d'une neutralité confondante, ça sent effectivement le travail typique de "consultants" déracinés.
  13. Top Music, premier sur... la région

    Pardon de lancer ce débat très sensible mais la région de Top Music, au sens administratif... c'est le Grand-Est !! Le fait de dire "premier" permet toutes les interprétations alors que "première" s'entend vraiment au sens de numéro 1 en audience (ce qui est faux dans le Grand-Est où la "première" est RTL et faux aussi dans l'ex Alsace où la "première" est NRJ). Je préférerai toujours un slogan de radio régionale qui cite systématiquement le nom de son territoire.
  14. NRJ/Nostalgie/R&C : des pubs la nuit

    En tout cas, si la pub de cette marque se retrouve la nuit sur des radios appartenant à des groupes différents, c'est bien qu'elle l'a expressément demandé. Les annonceurs ont parfois une vision très très particulière de ce qu'ils veulent et une façon bien à eux de percevoir leurs potentiels clients.
×