Jump to content

Bientôt sous la barre des 40 millions


Logan59
 Share

Recommended Posts

La conclusion de la lettre  .pro 

LE COMPTE N'EST PAS BON

En résumé, la radio passe d'une audience cumulée de 77.6% il y a un an à 73.2% aujourd'hui. Ce  sont 4.4 points de perdus. Plus de 2 millions d'auditeurs se sont fait la malle. Pour aller où ? Alors on veut  bien charger la mule, mais à un moment il faut aussi s'interroger. Le Covid-19, le couvre-feux, le télétravail, le "rerereconfinement" n'expliquent probablement pas tout. Il n'y a pas si longtemps encore, avant l'arrivée du Covid-19, la radio enregistrait déjà quelques signes de faiblesse. Si cette tendance baissière devait durer et s'installer dans le temps, elle confirmerait que nous sommes entrés dans une ère nouvelle : celle du tassement et du morcellement naturels des audiences radiophoniques. Avec toujours plus de flux différents, avec toujours plus de possibilités offertes aux auditeurs pour écouter ce qu'il veulent et surtout quand ils le veulent, la radio doit vite se ressaisir en cherchant des réponses dans son ADN car, et on peut tous s'accorder sur un constat, elle n'est désormais plus la seule à assurer le tempo.
 

Quelle est la cause ? et le remède ?

 

Remettre de l'électro sur Fun Radio comme beaucoup conseillent sur ce forum ?

Link to comment
Share on other sites

La cause principale elle est pas dure a trouver, c'est le confinement.

Avec le télétravail, les auditeurs qui n’écoutait la radio que comme bruit de fond dans la voiture, n'ont pas trouvé le besoin d’écouter la radio a la maison. A voir si cette audience reviendra quand la situation sera revenue plus a la normale.

Link to comment
Share on other sites

Guest Roger rabbit

Non c'est juste que les gens vont sur Spotify, Deezer... car la radio c'est trop de pub, tout le temps les mêmes musiques et certaines personnes ne veulent plus le bla bla de la radio.

Link to comment
Share on other sites

Source OZAP

Le classement des matinales musicales

1. NRJ (6h-10h), avec Manu Lévy (617.000 auditeurs > -16.000 sur un an)
2. Fun Radio (6h-9h), avec Bruno Guillon (319.000 auditeurs > -6.000 sur un an)
3. Skyrock (6h-9h15), avec Difool (301.000 auditeurs > -21.000 sur un an)
4. Nostalgie (6h-9h), avec Philippe et Sandy (291.000 auditeurs > -54.000 sur un an)
5. RTL2 (6h-9h30), avec Grégory Ascher et Justine Salmon (268.000 auditeurs > +11.000 sur un an)
6. Virgin Radio (7h-10h), avec Manu Payet (258.000 auditeurs > -64.000 sur un an)
7. RFM (6h-9h30), avec Albert Spano et Elodie Gossuin (215.000 auditeurs > -55.000 sur un an)
8. Chérie FM (6h-9h), avec Alexandre Devoise et Sophie Coste (164.000 auditeurs > -14.000 sur un an)
9. Rire & Chansons (6h-10h), avec Bruno Roblès (61.000 auditeurs > -27.000 sur un an)
10. M Radio (6h-10h), avec Vincent Cerutti et Tiffany Bonvoisin (53.000 auditeurs > +10.000 sur un an)

 

Link to comment
Share on other sites

Guest curieux1
il y a 49 minutes, etdu24 a dit :

La cause principale elle est pas dure a trouver, c'est le confinement.

Avec le télétravail, les auditeurs qui n’écoutait la radio que comme bruit de fond dans la voiture, n'ont pas trouvé le besoin d’écouter la radio a la maison. A voir si cette audience reviendra quand la situation sera revenue plus a la normale.

Non ce n est pas uniquement la faute à ce confinement, qui a envie de se farcir le trop de pubs et souvent les mêmes chansons qui tournent ?

Faudra voir après la sortie de crise sanitaire et voir sur 5 ans si la baisse continue ! Ce n est pas encore la cata. mais des auditeurs désertent la radio c est clair. La radio doit se réinventer, prendre des risques, revoir les quotas selon les formats.??? Le DAB + va arriver donc attendre.. dans 5 - 10 ans on sera fixé.

Link to comment
Share on other sites

Guest M. LOYAL
il y a 19 minutes, Invité curieux1 a dit :

Non ce n est pas uniquement la faute à ce confinement, qui a envie de se farcir le trop de pubs et souvent les mêmes chansons qui tournent ?

Faudra voir après la sortie de crise sanitaire et voir sur 5 ans si la baisse continue ! Ce n est pas encore la cata. mais des auditeurs désertent la radio c est clair. La radio doit se réinventer, prendre des risques, revoir les quotas selon les formats.??? Le DAB + va arriver donc attendre.. dans 5 - 10 ans on sera fixé.

Petite lueur d'espoir du côté de la Belgique où le média a progressé suite à l'arrivée du Dab et de nouveaux programmes qui ont permis une relance.  La chute n'est pas irréversible mais je suis d'accord, le confinement n'explique pas tout. La radio française est malade. Créativité en berne, asphyxie publicitaire et concurrence des podcasts natifs entre autres raisons.

Link to comment
Share on other sites

J'ai bien peur que le DAB+ en France ne change pas grand chose à la situation. 

Il faut voir la valeur ajoutée ou les véritables nouveautés qui seront apportées par le DAB+... pas grand chose à l'exception de Melody ou Skyrock Klassiks. 

Pour le reste, ce sera simplement la couverture des éternelles radios B ou des robinets à tubes fades qui sera allongée sur un territoire plus vaste... mais on peut déjà les écouter en 4(5)G sur le téléphone. 

Si on ne le fait pas aujourd'hui alors qu'on a TOUS un smartphone très simple d'utilisation, je ne vois pas pourquoi on le ferait en passant par le DAB dans quelques années.  

La radio n'est simplement plus le média de cœur des Français et ils s'en passent aisément quand ils restent à la maison (pourtant, il y a encore 10 ans, même en été, la radio faisait le plein). 

C'est si facile de dire que c'est la faute au confinement sans chercher ailleurs... mais si le produit était vraiment attractif, ça ne chuterait pas à ce point, non ?! 

La télé investit énormément dans ses programmes (fictions, émissions événementielles, programmes d'accompagnement l'après-midi et le soir, augmentation du local sur France 3, même la matinée est désormais une concurrence pour la radio avec les chaînes d'info et CNEWS en particulier, ce qui n'était vraiment pas le cas avant), résultat, la télévision qui était donnée pour morte retrouve du poil de la bête. 

En radio, où sont ces investissements, ces prises de risque, cette créativité, cette personnalité et cette manière de faire comprendre aux téléspectateurs que ce qu'ils regardent n'existe pas ailleurs ? 

A l'exception de France Inter, je ne vois pas. 

La radio prend ses auditeurs, au mieux, comme des chiffres dans un tableau pour vendre de la pub et, au pire, comme des abrutis qui ne méritent pas qu'on se casse le cul pour leur proposer mieux que tout ce qui se fait depuis 20 ans... désormais, les auditeurs nous le rendent bien. 

Oui il y aussi Netflix et Spotify, Deezer... mais ces plateformes ont surtout fait comprendre à beaucoup de monde qu'il pouvait y avoir des programmes grandioses, travaillés, d'un bon niveau et spectaculaires. 

La radio dort, elle se prend des baffes... mais rien ne la réveille, c'est fascinant. 

 

Link to comment
Share on other sites

Source Lettre .pro 

L’appétence des Français pour les podcasts se poursuit avec un nouveau record d’écoute et de téléchargements : 113.6 millions pour le mois de mars, soit 17.1 millions de plus qu’en mars 2020. Une croissance également marquée versus le mois de février.

Le confinement est un accélérateur de la tendance déjà observée.

Il y a tellement de bons podcasts ( d'ailleurs pas uniquement des podcasts )  avec des créateurs indépendants qu'il est impossible pour la radio de retrouver ses auditeurs une fois le confinement terminé. 

Les auditeurs seront passés à autres choses ( quand on goute un bon restaurant pourquoi revenir dans un fast food / comparaison faite du fast food et de la FM par le chercheur en anthropologie humaine). Les auditeurs auront découvert autre chose

Les propriétaires de gros médias l'ont bien compris . C'est la première fois ou nous avons autant de gros médias radios potentiellement à vendre. 

 

 

Link to comment
Share on other sites

Il y a 4 heures, Logan59 a dit :

La conclusion de la lettre  .pro 

LE COMPTE N'EST PAS BON

En résumé, la radio passe d'une audience cumulée de 77.6% il y a un an à 73.2% aujourd'hui. Ce  sont 4.4 points de perdus. Plus de 2 millions d'auditeurs se sont fait la malle. Pour aller où ? Alors on veut  bien charger la mule, mais à un moment il faut aussi s'interroger. Le Covid-19, le couvre-feux, le télétravail, le "rerereconfinement" n'expliquent probablement pas tout. Il n'y a pas si longtemps encore, avant l'arrivée du Covid-19, la radio enregistrait déjà quelques signes de faiblesse. Si cette tendance baissière devait durer et s'installer dans le temps, elle confirmerait que nous sommes entrés dans une ère nouvelle : celle du tassement et du morcellement naturels des audiences radiophoniques. Avec toujours plus de flux différents, avec toujours plus de possibilités offertes aux auditeurs pour écouter ce qu'il veulent et surtout quand ils le veulent, la radio doit vite se ressaisir en cherchant des réponses dans son ADN car, et on peut tous s'accorder sur un constat, elle n'est désormais plus la seule à assurer le tempo.
 

Quelle est la cause ? et le remède ?

 

Remettre de l'électro sur Fun Radio comme beaucoup conseillent sur ce forum ?

Typiquement j'écoute quasi plus la radio en direct sauf le matin avant 7H. Sinon que des émissions en podcast, pas de pub, pas de contrainte, pas d'arrivée en retard.

Pour la musique, les musicales françaises nationales sont inécoutables : pub, rotation, quotas, playlistes... Les rares émissions que j'écoute c'est effectivement en voiture et plutot des émissions spécialisées.

Juste c'est un média classique qui se consomme différemment aussi. Il serait intéressant que Médiamétrie intègre d'une façon ou d'une autre les écoute des podcasts, quand tu vois le poids des podcasts RTL (Grosses Têtes, Gerra...), Inter (Jupiter, chroniques...) RMC (After Foot, Msocato...), europe 1 (Hondelatte) comment ne pas le considérer comme un vrai auditeur ?

Link to comment
Share on other sites

Ce qui est surprenant c'est le manque de changement face à ces résultats. La radio se fait comme dans les années 90 avec parfois les mêmes personnes.

Pour les podcasts il existe déjà quelques  mesures de l'audience.

Fun radio avec 19000 auditeurs cumulés en soirée ... il y a tellement de YouTuber et podcaster qui dépassent cette audience.  C'est presque triste 

 

Edited by Logan59
Link to comment
Share on other sites

Guest Franck radio

Le problème c'est qu'aucun directeur des programmes n'a les cojones de prendre un risque d'essayer quelque chose d'inédit. Car si la mayonnaise ne prend pas, il sera attendu au tournant...

Link to comment
Share on other sites

Guest Bobby
Il y a 8 heures, Logan59 a dit :
Si cette tendance baissière devait durer et s'installer dans le temps, elle confirmerait que nous sommes entrés dans une ère nouvelle : celle du tassement et du morcellement naturels des audiences radiophoniques. Avec toujours plus de flux différents, avec toujours plus de possibilités offertes aux auditeurs pour écouter ce qu'il veulent et surtout quand ils le veulent, la radio doit vite se ressaisir en cherchant des réponses dans son ADN car, et on peut tous s'accorder sur un constat, elle n'est désormais plus la seule à assurer le tempo.

Je suis d'accord avec toi pour dire que recréer de bonnes radios rock (sur le modèle du Mouv' dans les années 2000 ou de Fun dans les années 90) pourrait peut-être ramener des auditeurs. Il est vrai qu'aujourd'hui les radios musicales sont devenues inécoutables, donc logiquement les gens vont voir ailleurs, sur Spotify par exemple.

Mais puisqu'on parle de Spotify, on est obligé de constater que les habitudes des auditeurs ont changé. Il est probable que pas mal de gens qui écoutaient les radios musicales dans les années 90/2000 y ont renoncé aujourd'hui. Donc il faut probablement s'attendre à ce que l'audience globale des radios continue de baisser.

Pour autant, je ne pense pas que la radio FM soit morte. Elle peut continuer à regrouper un public assez nombreux, à condition de proposer des programmes de qualité !

Alors recréons de bonnes radios comme l'étaient Fun dans les années 90 ou Le Mouv' dans les années 2000. A partir de là, nous verrons si les auditeurs reviennent ou non.

Toutefois il est à craindre que la baisse actuelle de l'audience ne pousse les directeurs de radio dans l'autre sens. C'est à dire que plutôt que de proposer de la qualité et des programmes sympas, ils proposeront des programmes au rabais, bas de gamme. Cette tendance est malheureusement en cours.

 

Link to comment
Share on other sites

Guest Nrj 2

La radio va se relever selon certains dires , la radio a connu multiple crise et s'est aussi relever , moi je veux bien avaler des couleuvres mais ... les gafa demain seront toujours la a moins de coupé le robinet,  et que dire à chaque fois de communiqué laconique 4 fois par an pour sauvegarder son poste et son blé ! Faut il leur dire le risque de disparition du segment 15/24 ? Et la persistance du segment adulte senior qui va se renforcer sans l'avenir !? La question : comment ne pas disparaître ? 

Link to comment
Share on other sites

Guest Keep calm

Discussion amusante, qui permet de retrouver les marottes de chacun.

Les nostalgiques des années 90/2000 voudraient donc de la radio d’il y a 20 ou 30 ans pour attirer le public actuel.

Les amateurs de rock veulent plus de rock (ça n’a jamais fait des scores remarquables), ne ne m’étends pas sur la techno où le latino.

Les pro DAB voient le salut dans la radio numérique, les pro 5G dans Internet.

Etc.

Toucher 70% de la population chaque jour est une prouesse extraordinaire, si l’on tient compte de la sursolicitation de la population: Internet + les réseaux sociaux (vous avez vu le temps que ça bouffe ?) + la télé + le replay + Netflix-Canal-etc + la presse + les loisirs... 

Pas de quoi s’affoler.

Link to comment
Share on other sites

Keep calm, ton argument sera aussi valable quand l'écoute globale sera tombée à 50% ("mais c'est une prouesse de réunir la moitié de la population vu la sursolicitation des auditeurs..."). 

Et donc ?

On attend que ça baisse encore pour commencer à réfléchir et en attendant on regarde la salle se vider sans réagir ? 

Une structure qui perd 2 millions de "clients" et un contexte qui prouve qu'ils ne reviendront pas de sitôt, qu'est ce qu'il faut de plus pour commencer à s'affoler ? 

Link to comment
Share on other sites

Guest Keep calm and have a drink
Il y a 7 heures, misterpoussin a dit :

Keep calm, ton argument sera aussi valable quand l'écoute globale sera tombée à 50% ("mais c'est une prouesse de réunir la moitié de la population vu la sursolicitation des auditeurs..."). 

Et donc ?

On attend que ça baisse encore pour commencer à réfléchir et en attendant on regarde la salle se vider sans réagir ? 

Une structure qui perd 2 millions de "clients" et un contexte qui prouve qu'ils ne reviendront pas de sitôt, qu'est ce qu'il faut de plus pour commencer à s'affoler ? 

La radio est avant tout écoutée en voiture selon Mediametrie, et le trafic routier a fortement chuté selon Cerema.

 

F9EBC1EF-5ADF-4ED7-8E27-232F454E977A.jpeg

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You are posting as a guest. If you have an account, sign in now to post with your account.
Note: Your post will require moderator approval before it will be visible.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Loading...
 Share

×
×
  • Create New...