Aller au contenu

PetitBN

Membres
  • Compteur de contenus

    37
  • Inscription

  • Dernière visite

1 abonné

À propos de PetitBN

  • Rang
    Advanced Member

Profile Information

  • Gender
    Male
  • Location
    Brest
  • Interests
    Radio Bretagne
  1. Je suis étonné que personne n'ait réagi aux propos de Max qui sont pertinents. La télé est un magnétoscope géant avec quasiment 90% d'émissions enregistrées et non produites par la chaîne directement, mais par des boîtes de production. Il n'y a que les chaînes d'infos qui font presque du 100% direct, sauf la nuit. Et bizarrement, personne n'y trouve rien à redire...
  2. C'était mieux avant...

    Un peu d’humilité serait la bienvenue. Tu as le droit de penser que certaines personnes te semblent passéistes, mais tout en restant correct. Tu verras dans 20 ans, quand on te considèrera de la sorte. Je suis quadra, et je vois une ribambelle de vingtenaires arriver dans le milieu de la radio. Une chose me choque : ils sont très peu à être animés de la passion de la radio... Je dirais même l’inverse, avec ceux qui ne rêvent qu'à une gloire de Youtubeur, et qui n’ont que peu de reconnaissance pour les aïeux. Ce qui n'est pas le cas des gens ici qui sont très passionnés, y compris dans leurs conversations. Perso, j’ai toujours eu un profond respect pour ceux qui étaient là avant moi. Mais tes propos illustrent parfaitement l’époque dans laquelle nous vivons : « les vieux au placards »… Alors qu’avec eux, on apprend énormément. Heureusement que tout le monde ne pense pas comme toi et qu’il reste des personnes avec un bon esprit. "Les radios n'ont jamais été aussi pro, flexible et technique"? Faudrait-il que tu te poses la question de savoir comment et grâce à qui… Encore une fois, je connais des gens qui maîtrisent parfaitement leurs smartphones et les réseaux sociaux… Mais ils ignorent tout de la technique et l’IT qui permet d’aboutir à cela. Parfois incapables d'enchaîner et de sortir de leur zone de confort dès lors que leur diffuseur plante à l'antenne par exemple. Un peu comme le gars avec une Tesla, incapable de changer sa roue sur le bord de la route, mais qui va pas se gêner pour t’apprendre la vie... On a toujours à apprendre des autres, même à soixante ans…
  3. Puissance des émetteurs RF à Marseille

    La puissance nominale de tous les sites FM dits "P1" chez TDF sont à 10 kW. Ce sont les jeux d'antennes qui donnent le gain.
  4. Le son des radios musicales

    Je disais qu'elles avaient tendance à baisser, ce n'est pas tout à fait optimal encore. Par exemple MFM a un bon traitement je trouve. RTL2 a toujours fait figure d'exception dans ce domaine et je trouvais RFM moins bourrin mais je viens de jeter une oreille et c'est redevenu fort en effet. Il est vrai que Nosta et Chérie ça reste poussif... Gardons espoir que ça évolue dans le bon sens... Il ne faut pas perdre de vue que le changement de traitement ou de réglage reste long et complexe pour les réseaux, car il y a autant de modifications à faire que de fréquences, sans parler des locales qui décrochent. Tout cela va évoluer avec les futures montées satellite qui se feront directement en signal composite MPX, qui arriveront d'ici un ou deux ans, donc plus facile à maintenir lorsqu'on souhaitera faire évoluer la coloration générale d'une station.
  5. Le son des radios musicales

    A la base pour, obtenir une signature sonore, afin de se démarquer de la concurrence. Mais ce qui était à l'origine, à la fin des années 80 et début 90, de la coloration (rondeur dans le son par exemple, une mise à niveau pour avoir une constance du signal en fonction des morceaux joués), est devenue au fil des années une course à la densité sonore avec l'arrivée des traitements numériques, pour "être plus fort que l'autre". Avant, avec l'analogique, ce n'était pas possible d'atteindre de fortes densités tout en respectant la fameuse excursion à 75 kHz (c'est le niveau maxi autorisé en Europe en modulation de fréquence). Il faut préciser que plus c'est dense, moins il est possible de donner une couleur au son, puisque c'est tout le spectre audio qui est poussé à fort niveau. Cette course à la densité est souvent voulue par les directions de ces radios. Les techniciens qui règlent les traitements de son souhaitent rarement cela, bien au contraire. En réalité, ce n'est pas bénéfique à tout point de vue : le son n'est pas agréable à l'écoute, la diffusion FM est altérée lourdement (on n'émet pas plus loin en étant fort, c'est même tout le contraire) et certains postes de radio gèrent très mal les fortes densités. A titre perso, comme la plupart de mes camarades de la technique, je formule le vœux que cela change un jour. Avec la concurrence féroce de Spotify et Deezer, les gens s'aperçoivent comme toi qu'il y a un problème. Pourtant, un son bien traité peut être vraiment chouette à écouter lorsqu'il sublime un morceau... Et ça avance sur certaines radios. Les musicales adultes ont tendance à baisser le volume pour retrouver un bon équilibre.
  6. les radios nationales arrivent quand sur le DAB+ ?

    Ce qu'on oublie de dire, c'est que l'avènement de la TNT en 2005 signait une amélioration notable de la réception et de la qualité de l'image (d'abord en SD puis HD), dans des zones où l'ADSL ne permettait pas de regarder la télé, si ce n'est par l'antenne "râteau" avec de la neige. L'arrivée du DAB+, avec tout au mieux 80 kbps de débit utile en MPEG 4 (HE-AAC v2) ne garantit pas une amélioration notable par rapport à la FM qui, dans de bonnes conditions de réception et de traitement du signal (exemple FIP), a je trouve une qualité nettement supérieure. Les aliasing de compression audio en DAB+ sont absolument insupportables à entendre sur une grande majorité des programmes diffusés par ce mode. Il aurait fallu au moins choisir un débit similaire à nos voisins européens pour espérer entendre une amélioration notable.
  7. Traitement de son

    Il y a plusieurs config et modèles en fonction des installations... Des modèles spécifiques dédiés télé comme les AERO (10 / 100) de Linear Acoustic, Orban OPTIMOD-TV pour ce qui est des modèles rackables, mais c'est aussi souvent lié aux types d'installations, parfois directement dans des modules insérés dans des grilles SDI ou NDI, par exemple Level Magic de chez Jünger...
  8. Pas d'accord. Il existe déjà une offre à Brest (Classique, Neptune, Nostalgie...). Et puis ça fait bien marrer la classification des cibles, ça ne veut plus rien dire, tout est une histoire de goût. Si être sénior c'est écouter Chantal Goya ou Annie Cordy, je ne sais pas comment le prendre. Les séniors dans leur plus grand nombre écoutent davantage les Who, Led Zep, Pink Floyd, Queen, Police, Supertramp, Depeche Mode... Ou la variété française type Cabrel, Téléphone, Voulzy, Souchon, Lavilliers... ou alors les Brel, Brassens, Ferré pour ceux qui aiment les chansons à texte. Donc non, Bonheur n'est pas plus sénior qu'elle le prétend si on se base sur l'âge pur de l'auditoire. Le gars qui avait 25 ou 30 ans en 1983 quand il écoutait U2 a presque 70 ans aujourd'hui... Bonheur a trouvé un format, mais ça ne veut pas dire qu'ils touchent les séniors avec, j'aurais tendance à dire que c'est même une minorité. La majorité des séniors préfèrent écouter Nostalgie, France Bleu ou RTL. Comme je disais, c'est une histoire de goût. Bonheur, ça passe surtout du coq à l'âne avec Bashung, de l'accordéon puis Jeanne Mass suivi de Georgette Plana. Allez comprendre!
  9. Ca peut vous arriver de la radio à la télé

    Courbet est très bon, il peut rattraper les éventuels bourdes techniques ou combler, improviser naturellement, sans que personne ne s'en aperçoive. Pas sûr que cette formule (tv + radio) fonctionne avec tous les animateurs, à part des Arthur, des Cauet ou des Combal.
  10. Des radios par Internet pour la poubelle?

    On y va tout droit Oblik. Il y a des anomalies comme celles-là (à l'image des startups), mais quand tu regardes la consommation des Podcasts, des replays, même vidéo... On voit bien que le médias "linéaire" est plutôt en fin de vie. Mon pronostic : les médias linéaires à contenus et en direct survivront. Pour les autres, ce sera une mort certaine, ce n'est qu'une question de temps... C'est pas forcément ce que je souhaite, mais c'est la réalité malheureusement.
  11. Radio Bonheur : liquidation judiciaire à Brest

    Je parle de la procédure de location-gérance et des raisons de la liquidation judiciaire de Radio Emeraude un peu plus haut. Tout est pour le moment normal dans la procédure, même si cela peut surprendre. A y regarder de plus près, tout se passe comme n'importe quelle entreprise qui serait en redressement... Ce n'est pas le CSA qui gère cette partie, mais le Tribunal de Commerce de Brest. Seule anomalie dans ce dossier (pour l'instant), c'est l'installation de l'émetteur 95.9 MHz à Brest alors qu'il aurait du être encore à Lesneven (autorisation actuelle). L'ANFR a pris acte du déplacement de l'émetteur fin avril, mais le CSA n'a officiellement rien validé. Il n'y a aucune parution au JO, alors que ça va faire 5 mois que RB émet depuis Brest, et aucune étude d'impact sur l'installation. En effet, vu l'installation actuelle de ce site (une antenne sur un mât tubulaire d'environ 3 mètres), il est important de rappeler les règles sur les seuils d’exposition maximale du public aux ondes électromagnétiques = 28 Volts/m en France pour la Radio FM. Le site actuel de RB à Brest ne peut respecter ces seuils, étant donné qu'il se trouve à quelques mètres au-dessus des habitations résidentielles de l'immeuble qui l'héberge. Pour 500 W de PAR, la distance de sécurité minimale (périmètre de sécurité) est d'environ 5,50 mètres (calculs théoriques) du point d'émission pour être en dessous des 28 V/m d'exposition. Je ne crois pas que ces 5 mètres soient respectés entre nous (ça fait un espacement de 2 étages minimum)... Et le CSA le sait très bien, il est assez sensible aux risques de brouillage et aux expositions dans des zones habitées... Peut-être une des raison de la non parution au JO? Pour rappel, TWC sur le site voisin, dispose d'un pylône de plusieurs dizaines de mètres. Plus d'infos ici : https://ondes-info.ineris.fr/content/valeurs_limites_exposition
  12. Une bien belle rentrée radios

    Et Parenthèse Radio aussi, format talk thématique et original... En fait, on est dans le même phénomène qu'avec Arte en télévision. Tout le monde s'accorde à dire que c'est génial et original, mais pas ou peu d'audience. Idem pour FIP...
  13. Brel, Piaf, Montand, Brassens et les autres

    Tu prends les pointures qui ont marqué la chanson française dans les années soixante. Tu ajoutes Boby Lapointe, les Frères Jacques, Marcel Mouloudji ou Boris Vian et après tu fais quoi? Mettons que tes seniors avait 30 ans en 1960. Aujourd'hui ils ont près de 90 ans. Je veux bien entendre ce genre de répertoire, mais à petite dose dans ce cas, sinon je ne suis pas sûr que tu rassembles. RFM La Radio en Or le faisait dans les années 90. Ils en sont revenus, car il faut avancer avec les générations, sinon on referait encore Radio Montmartre avec Jean Gabin, Berthe Sylva et Fréhel... Le monde avance, la radio aussi et elle doit faire des choix malheureusement... Pour finir, pas sûr que le pouvoir d'achat des retraités soit si important que ça en France, du moins pas autant que les CSP+. Quand tu es actif, tu gagnes mieux qu'en retraite, sauf ceux qui ont pu épargner dans leur carrière, qui donc gagnaient bien leur vie (10% de la population en France), un nombre minoritaire de la population.
  14. France bleu est elle en train de disparaitre ?

    Frédéric Jouve ne vient pas que d'un réseau, même si au début de sa carrière il avait été à la tête de RTL2, il a quand même été à la Direction des programmes de RTL. Donc je ne crois pas qu'il navigue en terre inconnue et qu'il ferait délibérément n'importe quoi. Il doit surement avoir des directives budgétaires, comme pour l'ensemble des filiales audiovisuelles du service public. Avant le Covid, il était question de recréer "l'ORTF" sous forme de holding regroupant Radio France, France Télévision, France Média et l'INA. Mutualiser les moyens du service public ne me semble pas idiot, au contraire. Je pense que l'erreur eut été de démembrer l'ORTF en 1974. Aujourd'hui le coût de fabrication d'une émission de télévision (par exemple) est devenu extrêmement cher (700 000 à 800 000 euros pour les primes les plus gros), alors qu'avant, les moyens de production du service public étaient en interne (Buttes Chaumont). Externaliser ne coûte pas forcément moins cher, les boîtes de prod privées réalisent des marges conséquentes sur les coûts d'exploitation des émissions produites ce qui alourdit l'addition. L'erreur est de regarder uniquement la masse salariale vs. les charges... Mais quand les charges augmentent, jusqu'à dépasser le coût initial d'exploitation d'une émission, je comprends que certaines boîtes, dont le service public, finissent par faire machine arrière, surtout avec une concurrence qui s'est accrue en 20 ans... Elles mutualisent en interne en regroupant leurs filiales. D'autres boites privées reviennent aussi vers la mutualisation et la production en interne, comme NextTV. Le service public a beau être un service public, il doit veiller aussi à tenir son budget, sans pour autant fermer les stations de proximité. Si ça doit passer par une mutualisation de France 3 et de France Bleu comme à l'époque de FR3, pourquoi pas, cela ne me choque pas, surtout à l'heure des Gafam où l'image et le son ne font plus qu'un seul et même média.
  15. Radio Bonheur : liquidation judiciaire à Brest

    Alors la Conversion de Redressement Judiciaire en Liquidation Judiciaire pour Radio Emeraude est bien parue dans la presse, mais la location-gérance reste quand même maintenue pour le 95.9 MHz en faveur de Radio Bonheur (d'ailleurs le déménagement du site 95.9 de Lesneven vers Brest n'est toujours pas officiellement passé au JO). La location gérance fonctionne toujours, même si le redressement a été converti en liquidation judiciaire par le tribunal de grande instance de Brest. C’est bien prévu dans la procédure d’exécution d’un plan cession. Ce plan de cession à Radio Bonheur a été autorisé par le tribunal de Brest en décembre dernier et il va de pair avec la location-gérance. Ce qui mettra fin réellement à la location gérance, c’est la clôture de liquidation judiciaire qui devra être prononcée par le Tribunal de Grande Instance de Brest dans les 2 ans maximum (ce sera très certainement avant). Deux possibilités pour la clôture : soit l'extinction du passif (cela voudrait dire que la cession serait effective, que le repreneur se sera acquitté des sommes dues et qu’il aura bien reçu l’autorisation définitive du CSA), soit l'insuffisance d'actif (ça veut dire que la cession n’est finalement pas applicable). La cession n’est pas possible si, au cours de la location-gérance, le repreneur n'obtient pas l'autorisation nécessaire du CSA. Dans ce cas, le tribunal, d'office ou à la demande du commissaire à l'exécution du plan de sauvegarde ou de redressement, du liquidateur ou du procureur de la République, ordonne la résiliation du contrat de location-gérance et la résolution du plan. Dans ce cas, il n'y a pas lieu à application des dispositions de l'article L. 642-17 du code de commerce ni à versement de dommages et intérêts. La cession n’est pas applicable si le repreneur décide finalement de ne pas respecter ses engagements. Dans ce cas, le tribunal peut constater l’inexécution du plan et prononcer une condamnation à des dommages et intérêts à l’encontre du repreneur. Pour résumer : La cession n’est possible que si le repreneur s’est acquitté du prix de la cession et qu’il a l’autorisation nécessaire du CSA. Le simple avis favorable du CSA pour la location-gérance de 2 ans n’est pas considéré comme autorisation définitive en tant que telle. Le repreneur doit obligatoirement faire une demande d’autorisation (dans le délai de la location-gérance) auprès du CSA. Le CSA a donc le dernier mot dans cette procédure : soit il attribuera la fréquence 95.9 à Radio Bonheur, soit ce sera l'abrogation de la fréquence puis la mise appel aux candidatures. Donc tout est encore possible pour le 95.9 à Brest, la fréquence est loin d'être acquise pour Radio Bonheur. To be continued!
×