Aller au contenu

Bienvenue

Bienvenue sur cette nouvelle Libre-Antenne, qui réunit la Libre-Antenne historique de Radioactu et le forum Radios-fr.com. Dans le forum "Radios", vous trouverez la fusion des forums Radios de la Libre-Antenne et de radios-fr.com. Il est possible qu'il manque quelques jours de messages, nous vous prions de nous en excuser. Nous vous invitons à créer dès maintenant votre compte si ce n'est pas déjà fait, en cliquant sur "S'inscrire" ! Belle nouvelle expérience sur libreantenne.radioactu.com ! La team Radioactu

vieira

Membres +
  • Compteur de contenus

    341
  • Inscription

  • Dernière visite

Réputation sur la communauté

15 Bonne

1 abonné

À propos de vieira

  • Rang
    Initié Radio
  • Date de naissance 12/11/1972

Contact Methods

  • Website URL
    http://christianvieira21.free.fr/pluxml/index.php

Profile Information

  • Gender
    Male
  • Location
    Troyes
  • Interests
    Montage audio
  • Mon matériel
    uniquement du matériel de reportage
  • Mes prochains achats
    une paire de micro line audio cm3 en 2018 peut-être...

Visiteurs récents du profil

2 844 visualisations du profil
  1. bloc note d'émissions

    Histoire de la radio, qualité de la prise de son ou du texte, ce bloc note c'est un peu comme des livres que l'on relit de temps en temps sauf qu'il s'agit d'émissions radios ou de documents audios. dernier ajout : REPORTAGE/ESSAI et humour - 2018 - Balance ton chasseur : https://www.arteradio.com/son/61660463/balance_ton_chasseur ENTRETIEN Une Belle personne : Caroline Le Bossé, réalisatrice radio - https://la1ere.francetvinfo.fr/saintpierremiquelon/emissions-radio/l-invite-de-brume-de-capelans/invitee-10h30-caroline-bosse-569105.html COURT VOIX - 2017 - AR Petite moquerie radiophonique sur les voix des commentaires JT : https://www.arteradio.com/son/61658634/et_la_c_est_le_drame REPORTAGE - 2015 - FI 12 jours dans la vie d’un réfugié : https://www.franceinter.fr/emissions/interception/interception-18-octobre-2015 PRISE DE SON - 2015 - FI Emission hommage au preneur de son Yann Paranthoën (début de l'émission après le répondeur vers 16 min) : https://la-bas.org/la-bas-magazine/les-archives-radiophoniques/2004-05/mars-98/Yann-Paranthoen-a-pose-son-Nagra TEXTE RADIO - 2014 - FC La dernière émission d'Alain Veinstein (à écouter à partir de minuit) : https://www.franceculture.fr/emissions/du-jour-au-lendemain/du-jour-au-lendemain-4-juillet-2014 CREATION - 2017 - AR La radio à papa (Alain Veinstein interrogé par sa fille Léa Veinstein) : https://www.arteradio.com/son/61658002/la_radio_de_papa HISTOIRE RADIO - 2017 - FC Et l'onde fut, sur l'histoire des ondes radio : https://www.franceculture.fr/emissions/la-methode-scientifique/la-radio-et-londe-fut SON - 2008 - ARAC discussion entre ingénieurs du son sur l'évolution de la production musicale (première partie liée au disque et aux habitudes d'écoute dues à la radio ): http://www.audiopeople.fr/Podcast/Diner_Angudion.mp3 REGARD SUR LA RADIO - 2018 - FC Jean Lebrun évoque les interventions radiophoniques, leurs dictions, leurs formats : https://www.franceculture.fr/emissions/les-chemins-de-la-philosophie/montez-le-son-34-jean-lebrun-de-lautre-cote-du-poste SON ET MIXAGE - 2017 - FM Le field recording, différentes manières de mixer des prises de sons "naturelles" : https://www.francemusique.fr/emissions/l-experimentale/documentaire-le-field-recording-36774 SON - 2010 - Franck Ernould, ingénieur du son et journaliste pour la presse spécialisée "SON" : http://www.audiopeople.fr/?p=60 COURT REGARD SUR LA RADIO - 2015 - FC Le futur de la radio : https://www.franceculture.fr/emissions/l-alphabet-numerique/futur-de-la-radio
  2. Toulouse FM a démarré à Pamiers et Ax-Les-Thermes

    Je vois surtout un groupe : "alliance des radios du Sud" qui continue son développement avec une régie publicitaire capable de proposer des annonces d'Arcachon à Narbonne. Ce groupe propose une bonne couverture pour les annonceurs. Mis à part les jeux, l'idée de faire participer les habitants est une habitude radio qui s'est peut-être un perdue, sympa donc. Côté paysage radiophonique ariégeois, si j'ai bien compris. Une radio A à Pamiers Oxygène au sein d'une MJC (une fréquence en plus je ne sais pas si cela concorde avec le projet et le budget). Une radio A à Foix, transparence qui au fil du temps a bien étendu sa couverture au delà du département (super site d'émission, même si vers l'ouest c'est compliqué d'émettre), radio A La locale à Saint-Girons qui a repris la fréquence d'une ancienne B suite à sa fermeture. Ces trois radios, chacune à leur manière, correspondent bien à l'esprit associatif et du département. Pour le reste, soit du natio, soit du local commercial désormais Grand Sud surement pour des raisons financières. Avoir des infos de Bordeaux en étant à Foix, bof, mais Toulouse, Perpignan, etc.. pourquoi pas bref du local régional. Dans ce cas, je ne me sens pas concerné par les sorties théâtre sur France Inter depuis près de 40 ans... En terme d'échelle, en commercial, j'ai l'impression qu'il y a désormais une taille minimale. J'ai l'impression que deux stations Toulouse FM et Pyrénées FM (ex radio montaillou, j'adore se nom aux sonorités bien ariégeoises) se croisent sur les mêmes lieux. Bref, la radio commerciale sur une ville, une fréquence c'est un peu désuet non ? Après, je partage le regret de ne pas voir sortir d'autres projets radio mais bon c'est un engagement. Les ondes de radio Transparence à Foix (Ariège) arrivent jusqu'aux portes de Toulouse. C'est plutôt pas mal pour le trajet Foix/Toulouse.
  3. Le 1er festival du podcast se termine. Le moins que l'on puisse dire, le podcast s'émancipe de son géniteur : la radio. Prestataires de production (entreprises ou façon youtuber), plateformes de distribution, bref, un marché avec ses auditeurs se développe. Je m'y suis rendu. Ce que je retiens : les créateurs et distributeurs "opposent" ce support audio à celui de la radio. Le podcast se base sur le je, l'intime, sans l'intermédiaire journalistique, il sonnerait plus vrai. En interrogeant ceux qui écoutent, même s'ils confirment cette distinction dans la forme, ils écoutent aussi la radio... ouf. Des podcast sont dispo ici : https://www.parispodcastfestival.com/podcast
  4. Lexique collaboratif radio

    Proposition : Succession de questions-réponses afin d'obtenir des informations, des opinions auprès de une ou plusieurs personnes tierces dans l'objectif dans diffuser le contenu. Le terme renvoie également à une forme d'intervention à l'antenne. Power Intro, j'apprends ce terme. Je suis plutôt de la génération bobino, bob. Snif, à première vue, ce mot ne figure même plus dans l'imaginaire associé à la radio. Sinon Power : console de mixage en métal nécessitant de taper du point pour retrouver la stéréo. Proposition : Le droit d'auteur rassemble l'ensemble des droits rattachés à l'auteur d'une oeuvre artistique. En radio, les organismes de gestion collective du droit d'auteur et des droits connexes servent d'intermédiaire pour négocier les licences et la rémunération afférentes à l’utilisation des œuvres. Pour les artistes musiciens interprètes, il s'agit (principalement) de la SACEM, pour les producteurs (principalement) SCPP et SPPF. énorme ! Si les mots papiers et enrobés ne sont jamais parvenus dans vos oreilles au sein d'une radio, c'est donc qu'il n'y a aucun journaliste dans la station ! Au cas ou, le mot papier s'emploie aussi en TV. L'enrobé en radio, pour ma part, m'insupporte. Jean Lebrun, homme de radio alors que je n'étais même pas au stade de spermatozoide en parle très bien dans cette émission (vers 24/25 minutes) : https://www.franceculture.fr/emissions/les-chemins-de-la-philosophie/montez-le-son-34-jean-lebrun-de-lautre-cote-du-poste Speaker, radioreportage, ces expressions ont aussi une histoire. La presse écrite a précédé la radio et il reste des traces dans le vocabulaire. Après, si la remarque porte sur : la radio se limite à un robinet à musique et à journalistes. Ça se discute mais peut-être pas dans ce post. Carambar et calamars, j'aime les deux !
  5. Lexique collaboratif radio

    Je relance avec ces propositions. papier - Le terme désigne l'intervention à l'antenne d'un journaliste ou d'un chroniqueur sous une forme spécifique. En studio ou en extérieur, de manière brève, l'intervenant lit un texte préparé sans autre élément sonore complétant le propos. enrobé - L'enrobé est un papier illustré par des éléments sonores brefs du type interview ou ambiance sonore. chronique - Le terme désigne une intervention à l'antenne au ton personnel et stylisé le plus souvent dans un champ précis (actualité, économie, culture,...). La chronique se définit également par son caractère régulier (quotidien, hebdomadaire). microphone - Egalement nommé micro, un microphone est un transducteur. Il permet de transformer des vibrations (majoritairement de l'air) en signal électrique. En radio celui-ci est principalement utilisé pour l'enregistrement et/ou la diffusion de la voix. Il peut également être utilisé pour l'enregistrement et/ou la diffusion d'ambiances sonores et d'instruments musicaux. Il existe plusieurs principes de fonctionnement. Parmi les plus répandus, certains nécessitent une alimentation électrique (par pile ou alimentation externe dite phantom), on parle alors de micros électrostatiques en opposition aux micros dynamiques. Plusieurs éléments permettent de distinguer les microphones : la directivité, la sensibilité, l'impédance, la pression acoustique maximale, le bruit de fond. filtre anti-pop : Ce filtre permet d'atténuer les risques de saturation du micro lors de l'emploi des plosives tout en restant dans l'axe du micro. Dans la langue française cela concerne principalement les lettres p, b, t. bonnette : Elément en mousse qui se positionne sur le micro. Selon l'usage du micro, il sert à la fois d'élément d'hygiène et d'atténuation des vibrations indésirables du vent ou du souffle de la parole. ...pas facile comme projet de réaliser un lexique.
  6. Lexique collaboratif radio

    Bonjour christophermh44, pas facile comme projet. Voilà des suggestions et qqles troubles à la lecture de certaines formulations. Si le mot papier existe cela me semble différent d'un enrobé. https://www.24hdansuneredaction.com/radio/ ou http://lettres.ac-dijon.fr/IMG/pdf/16.06.08.cabaumot.a2.v3.pdf Mise en onde, réalisateur, les différents métiers de la radio, je ne sais pas si cela correspond à l'intention. Commencer par l'aspect taxe pour le doirt d'auteur, cela me semble dommage. Le droit d'auteur est avant tout un droit de protection en tant que propriétaire d'une oeuvre. Dans d'autres pays, le droit de propriété par l'achat s'applique, le copyright. Il y a peut-être une autre formulation. Le micro qui sert uniquement à capter la voix d'un animateur...là aussi, c'est oublier les preneurs de son pour les concerts (en radio cela arrive aussi) et reporters. J'associe plus la pige à une obligation légale d'être en mesure de fournir les éléments diffusés à l'antenne. Même si le mot pige semble glisser vers ce qui est décrit. Niveau équipement : codec (dans sip ?), mpx, bonnette micro, filtre anti-pop, fader, soirée foot multiplex , FM, PO GO, AM cartoucheur, potard, magnétophone ? (pas facile de savoir ou s'arrêter) Le traitement d'antenne n'est pas forcement une amélioration sonore (subjectif), donner une couleur oui, maintenir le signal à un certain "niveau" oui, participer à limiter l'excurtion en FM... peut-être, bref trouver une autre formulation. Ce serait bien de préciser à qui s'adresse la liste : bénévoles de webradio je suppose. C'était mes 2 cents.
  7. 3h56 : Europe 1 reprend goût au documentaire

    Le lien : http://www.europe1.fr/societe/podcast-3h56-le-premier-pas-de-lhomme-sur-la-lune-la-serie-inedite-arrive-sur-europe-1-3749771
  8. Jusqu'à octobre, Europe 1 propose la série 3h56. Elle est réalisée en collaboration avec Universal pour la sortie prochaine d'un film. Je ne m'attendais plus à ce type de proposition depuis longtemps sur cette antenne. Cela mêle des témoignages (en studio) de personnes ayant assisté aux premiers pas sur la Lune, des sons d'archives, de film et quelques fx, ambiances et musiques d'époque, des sonorités plus liées au bande son du cinéma mais plutôt pas mal. Pour ma part, c'est inattendu. Du moins je ne suis jamais tombé la dessus sur ces radios. J'y vois à la fois une forme de publicité originale mais aussi le lent retour de la création audio dans l'univers du digital.
  9. Le documentaire radiophonique, de Christophe Deleu - éditions l'Harmattant / Ina. Voilà un livre rare, précis et écrit avec sérieux. J'avoue, la plume universitaire de l'auteur a rendu la première lecture laborieuse durant les 80 premières pages ! Celui-ci s'attache d'abord à retracer l'apparition de ce genre à la radio. Il distingue et différencie documentaire audiovisuel et radiophonique. Il souligne la différence entre reportage et documentaire sur les ondes. Passé l'accouchement d'une proposition de définition du documentaire radiophonique, l'auteur s'applique à présenter chacun des sous genres avec clarté. Ce livre s'adresse plutôt à celles et ceux qui s'intéressent à la mise en onde. Selon moi, les passionnés d'histoire de la radio peuvent également y trouver un intérêt. Les présentations de chacun des genres sont autant de clés pour choisir un dispositif de captation sonore, de montage, bref d'écriture sonore. Les nombreuses études ou références à des documentaires de toutes les époques illustrent parfaitement chaque avancée. Ce sont des invitations à imaginer, réfléchir sur l'équilibre entre forme et contenu du documentaire. Depuis la première lecture, ce livre a été relu et relu, écorné, des grains de sable se sont coincés entre les pages... Je m'arrête là. La 4ème de couverture de ce livre résume parfaitement le contenu de cet ouvrage : "Souvent décrite comme le média du direct par excellence, la radio est très peu connue comme diffuseur de documentaires. Ce genre est à vrai dire peu présent sur les ondes, et il n’y a guère que le secteur public radiophonique (France Culture et France Inter), et, plus récemment, le secteur associatif, qui en proposent l’écoute. Sur Internet, le site Arte Radio met en ligne des documentaires depuis 2002. Cet ouvrage a d’abord pour ambition de retracer l’apparition du genre documentaire à la radio. Empruntant aussi bien au radioreportage qu’à l’art sonore, le documentaire se développe à la radio après la Seconde Guerre mondiale grâce aux innovations techniques parmi lesquelles la création du Nagra, appareil d’enregistrement demeuré célèbre. Avec l’apparition du numérique, le genre s’est « démocratisé » : jamais techniquement il n’a été aussi facile de réaliser un documentaire sonore. Sa diffusion est aussi favorisée par l’écoute en différé (podcast, streaming) et la création de nombreux festivals sonores. À l’heure de cette mutation, cet ouvrage propose une définition des principaux types de documentaires à la radio : documentaire d’interaction (journalistique, chronique, biographique et autobiographique), documentaire poétique, documentaire d’observation et documentaire-fiction."
  10. Diminution du FSER

    Les critères de majoration du FSER existent encore. Je crois qu'ils ont évolué. Ils concernent : la réalisation d'actions culturelles et éducatives, actions en faveur de l'intégration, de la lutte contre les discriminations, de l'environnement et du développement local. Ce qui me gêne c'est que du coup certaines radios réalisent des émissions avec des enfants et quand j'écoute je me demande s'il s'agit d'une réelle motivation ou juste par intérêt. En positif, ces critères collent aux valeurs historiques et toujours nécessaires de ces radios. Que le ton de la station soit "très 81" ou "commercial", les thèmes peuvent être abordés de façon classique ou moderne. Pour faire court, ces thèmes empiètent peu sur le champ d'action des stations commerciales. Comme l'indique le livre en lien (chapitre 50) : "Les radios douées pour la rhétorique et la communication peuvent ainsi surpasser aisément celles qui ne savent pas mettre en valeur une activité". Ajouter un critère sur la qualité de diffusion, à mes yeux, c'est comme écrire tuons les radios les plus fragiles. Si j'entends l'argument, de mon côté, a priori je ne suis pas convaincu. Ajouter une limite aux rediffusions, alors là non et non, ce n'est pas parcequ' il y a la possibilité d'écouter en replay qu'il faut vider une antenne. Les modes d'écoute, de partage se sont multipliés, si cela peut influencer la manière de présenter le contenu autant laisser, à mon avis, un espace de diffusion et rediffusion en flux. Si des radios urbaines remplissent leurs grilles ce n'est pas forcement le cas dans les villes et villages de taille moyenne. Je viens de relire les précédents post. Si je résume les clichés : les A ce sont des nazes restés en 81, les commerciales ce sont des nazes arrivistes, les radios publiques des nazes gauchistes bouffeurs de dotations. MDR, je vous plains, dur d'écouter la radio.
  11. Diminution du FSER

    Il me semble que le FSER est passé de 29 à 30M euros en 2017 et 2018. http://www.assemblee-nationale.fr/15/pdf/budget/plf2018/b0273-tIII-a30.pdf Pas trop le temps de donner un point de vue, mais il y a ce livre (Canadien donc vu de loin) sur le fonctionnement et l'évolution jusqu'à 2005 (ça date) du FSER. Je le trouve très clair. https://books.openedition.org/pum/10294?lang=fr H.S. A noter la présence de l'excellent livre sur le journalisme radiophonique, disponible en intégralité : https://books.openedition.org/pum/10133
  12. C'est reparti pour les matinales de débiles

    Je trouve dommage d'avoir employé le mot "débile". C'est insultant pour les auditeurs encore nombreux. Un coup de colère peut-être. Je dis ça car je trouve le sujet intéressant. Je suppose que Kalito fait référence aux émissions sous la forme suivante : un animateur principal et des co-animateurs dont le rôle consiste "à interrompre pour placer une blague", réagir sur tout ou présenter des chroniques/coupures. Ce n'est pas le matin mais je l'associe aussi aux émissions animées par Charline Vanhoenacker, la plume en plus ! Quelque soit le type de station, le thème, je trouve que ce style radiophonique s'est largement répandu sur les antennes. Il occupe beaucoup de place. C'est souvent fait avec talent même si je fais parti de ceux qui tournent le bouton lorsque je tombe dessus, rien de grave. Cela m'a éloigné de France Inter. Selon vous, est-ce que ce style montre des débuts d'essoufflement ? H.S. mais toujours sur le style de présentation. Je dois rentrer dans la catégorie des auditeurs attachés aux émissions avec Un animateur/trice (pour prendre d'anciennes références : Lebrun, Lenoir, Mermet, etc...). Pour aller plus loin, les entretiens longs sans interruption disparaissent ( 70's, Chancel et son radioscopie ). Idem, pour les doc, plus ça va, plus les séquences s'écourtent. Plus de zapping, des enrobés autour des 10s d'une phrase forte, moins d'écoute, c'est parfois dommage. Cette remarque H.S. peut permettre d'évoquer les formats de prise de parole (selon le public) : durée, thèmes, ton, relation avec les auditeurs à l'antenne, etc...
  13. Assouplir les quotas dans la radio ?

    Bon, je me suis un peu perdu dans les chiffres... Il faudrait un peu plus de temps. Les documents ci-dessous semblent établir un état des lieux de la diffusion radiophonique et de la production française (territoire pris en compte : France). Pour le stream, le nombre de titres écoutés, en français, semble quasi équivalent à celui imposé aux radios. Encore une fois, c'est une interprétation rapide de cette source, à vérifier par soi même. L'étude prend uniquement en compte la partie payante. http://www.snepmusique.com/wp-content/uploads/2018/07/07-2018-DP-Musique-enregistrée_Les-performances-du-1er-semestre-2018.pdf Pour la diversité sur les ondes, les situations semblent variables, l'IRMA conclue à une progression de la diversité musicale. http://www.irma.asso.fr/Plus-de-diversite-musicale-sur-les Version complète, pour une longue lecture... https://www.cnv.fr/sites/cnv.fr/files/documents/PDF/Ressource/Obs eco/DMR_2017.pdf
  14. Assouplir les quotas dans la radio ?

    Disons que comme jeune auditeur, j'ai eu l'impression que les quotas ont apporté davantage de chansons et d'artistes francophones sur les antennes. Effectivement, ce n'est pas forcement bénéfique pour les radios. Toujours là, parmi les pionniers de la webradio : Bide et musique ! Avec une discothèque aussi improbable qu'incroyable. Ok, leur concept ce n'est pas tout à fait le "musette/populaire" mais plutôt des titres euh, euh, je ne sais pas comment formuler. Mais au moins il y a un concept. P.S. J'ai l'impression que les liens vers l'article des Echos n'apparaît pas : - c'est vague : https://www.lesechos.fr/tech-medias/medias/0302063046478-vers-une-presidence-commune-dans-laudiovisuel-public-2195778.php - le point de vue du Sirti en résumé : https://www.lesechos.fr/tech-medias/medias/0301715300141-reforme-audiovisuelle-les-radios-independantes-veulent-se-faire-entendre-2178347.php -sur le fond les demandes du Sirti : http://www.sirti.info/actualites/reforme-de-laudiovisuel-21-propositions-du-sirti-pour-construire-lavenir-de-la-radio/ Il y a un chapitre sur les quotas. Money first...
  15. Assouplir les quotas dans la radio ?

    Si un jour je devais m'occuper de programmation musicale, cela ressemblerait à ça ! (peut-être avec un focus sur l'Europe géographique) Du temps ou seule la FM était dispo, au Portugal, des radios musicales passaient Daho, Rita Mitsouko ou Brel, etc... + de la pop anglo-saxonne plus musicale que "simple hit" + des titres en portugais bien evidemment. J'ai l'impression que c'est moins le cas aujourd'hui. En France, c'était inimaginable. Il fallait chercher des programmes un peu spécialisés pour entendre autre chose. Si aujourd'hui le zapping webradiophonique, les plateformes permettent d'écouter d'autres sonorités je n'ai pas l'impression que culturellement cela ait beaucoup avancé. Votre message me fait donc plaisir ! Bon après, selon les pays, si le musette est ici "bêtement ringardisé" dans d'autres contrées ce style vient parfois en plein milieu d'une prog. ou occupe quasiment toute l'antenne. Quelque soit la langue je n'arrive pas à m'y faire mais effectivement il y a des perles dans tous les styles : rap, rock, traditionnel, chanson, etc... J'ai pu entendre la différence avant et après les quotas. A priori, sans chiffres ni recherches, ils ont eu un effet positif sur la production musicale française et la variété musicale sur l'antenne des radios privés. Puisque ce thème a été mille fois débattu, je m'abstiens de continuer.
×