Aller au contenu

Bienvenue

Bienvenue sur cette nouvelle Libre-Antenne, qui réunit la Libre-Antenne historique de Radioactu et le forum Radios-fr.com. Dans le forum "Radios", vous trouverez la fusion des forums Radios de la Libre-Antenne et de radios-fr.com. Il est possible qu'il manque quelques jours de messages, nous vous prions de nous en excuser. Nous vous invitons à créer dès maintenant votre compte si ce n'est pas déjà fait, en cliquant sur "S'inscrire" ! Belle nouvelle expérience sur libreantenne.radioactu.com ! La team Radioactu

christophermh44

Lexique collaboratif radio

Messages recommandés

Hello tous,

J'avais commencé un lexique de radio il y a quelques temps pour le diffuser dans mon asso en interne. Je me disais que ça pourrait être bien de le compléter ou le corriger de façon collaborative (n'hésitez pas à me dire si vous pensez que certaines définitions sont inexactes). Qu'en dites-vous ? Voici ce que j'ai pour l'instant :

Citation

 

  • Antenne :

    1. Élément physique permettant de diffuser une radio par le biais des ondes.

    2. Se dit d’un studio appartenant à une radio disposant d’un réseau de plusieurs studios (ou antennes).

  • Auto-promotion : publicité promouvant la radio elle-même, ses émission ou ses actions.

  • Bed : Aussi appelé “tapis musical”, il s’agit d’une musique sur laquelle un animateur radio pose sa voix.

  • Best-of : Rediffusion des meilleurs moments d’un programme ou d’une émission.

  • Blanc : Temps de silence indésirable à l’antenne.

  • Breaking news : Intervention en direct, venant interrompre le programme en cours pour faire état d’une actualité forte et urgente.

  • Brève : Court texte faisant état d’une actualité.

  • Cache-écran : publicité ou musique (généralement raccourcie) dédiée à une diffusion globale, quand certaines antennes locales ont décroché pour diffuser un écran publicitaire local (il faut savoir que quand une radio dispose d’antennes locales, elles ne couvrent généralement pas tout le territoire, c’est pourquoi certaines régions entendent en permanence l’antenne nationale, c’est dans ce cas que les cache-écrans sont nécessaires).

  • Cadrage : Intervention d’un animateur radio qui se termine lorsqu’une musique démarre (généralement au démarrage des paroles de la musique en question).

  • Cage : Partie d’un jingle pendant laquelle un animateur peut effectuer une courte intervention. Par exemple, dans un top horaire, la cage permet à un animateur d’annoncer l’heure qu’il est.

  • Chronique : Rédaction d’un journaliste destinée à un thème particulier. La chronique peut être composée de textes entièrement lus par le journaliste, de papiers, d’interventions en duplex, etc.

  • Comblage / Rattrapage : Action pour un animateur de parler autant de temps que nécessaire pour ajuster la durée du programme à l’heure à laquelle il est diffusé.

  • Conducteur : Document présentant le “sommaire” d’une émission. On y trouve la liste des musiques qui y seront diffusés ainsi que l’horaire prévu, la liste des chroniques, des interventions des animateurs et des écrans publicitaires y figurent également, toujours avec l’heure de diffusion et la durée indicative.

  • Console : Aussi appelée “Table de mixage”, elle est entre les mains du réalisateur qui s’en sert afin d’ajuster le volume des micros, de l’habillage et des musiques. Certaines consoles permettent également de contrôler le lancement des jingles, des beds, des écrans publicitaires, des musiques, etc.

  • Cut : Court jingle, généralement musical, diffusé entre 2 musiques.

  • Décrochage / Raccrochage : Quand une antenne (généralement locale) prend le relais sur une autre antenne (généralement nationale) pour diffuser son programme à la place du programme général, on dit que le studio “décroche”. Quand l’antenne locale rend la main au programme national, on dit que le studio “raccroche”. Ce genre de situation se produit pour diffuser des émissions ou chroniques dédiées à un public local, pour diffuser un écran publicitaire à portée locale, ou a contrario, quand un studio local diffuse son programme en empruntant l’antenne générale pour le relayer. Afin que le décrochage et le raccrochage soient fluides, des jingles bien particuliers sont généralement envoyés par une antenne pour que l’autre antenne puisse prendre le relais. Par abus de langage, on appelle généralement ces jingles “décro” et “raccro”.

  • Différé : Diffusion d’un programme ou d’une émission enregistrée au préalable.

  • Direct : Diffusion en temps réel d’un programme ou d’une émission.

  • Droits d’auteurs : Taxe dont doit s’acquitter une radio afin d’obtenir le droit de diffuser des musiques. En France, les droits d’auteurs sont payés auprès de la SACEM. Ils vont de pair avec les droits de producteurs, reversés aux sociétés SCPP et SPPF.

  • Duplex : Mise en relation entre un studio et un reporter.

  • Écran publicitaire : Succession de messages publicitaires (aussi appelées “réclames”).

  • “En off” / “Hors antenne” : Se dit quand un animateur s’adresse à un autre animateur sans que cela puisse être entendu par les auditeurs.

  • Filtres anti-pop / bonnettes : Dispositifs permettant aux microphones ne pas capter le souffle du vent ou d’un animateur (qui constituent généralement des parasites sur le signal).

  • Flash d’informations : Succession de brèves se différenciant d’un journal par sa longueur. Un flash dure généralement 1 à 2 minutes, tandis qu’un journal dure au moins 5 minutes.

  • Habillage : Ensemble d’éléments audio destinés à une radio ou une émission de radio, représentant au mieux l’image qu’elles veulent donner d’elles-même, dans un thème et un esprit commun et cohérent.

  • Insert : Intervention très courte d’un auditeur.

  • Interview : Succession de questions-réponses entre un journaliste et une ou plusieurs personnes tierces.

  • Jingle : Élément constituant l’habillage sonore de la radio, généralement diffusé entre deux musiques, avant ou après une chronique.

  • Lancement : Intervention d’un animateur radio qui annonce la journaliste qui va intervenir, la chronique ou la musique qui suit.

  • Latence : Délai entre lequel un animateur parle et un auditeur l’entend.

  • Libre antenne : Temps de parole libre durant lesquels les animateurs sont invités à débattre de divers sujets entre eux ou avec les auditeurs, organiser des jeux, etc.

  • Liner : Jingle accompagné d’une voix off rappelant généralement l’émission en cours de diffusion, le nom de l’animateur, etc.

  • Logiciel d’automation : Logiciel destiné à la diffusion automatique ou assistée des musiques au sein d’une émission radio. En mode automatique, ce logiciel est autonome et n’a pas besoin de l’intervention d’un réalisateur pour enchaîner les musiques (en revanche, l’alimentation de ce logiciel en musiques se fait par le programmateur musical ou le réalisateur).

  • Medley : Enchaînement rapide de plusieurs musiques diffusées sur l’antenne représentant l’esprit global de la radio. Ils peuvent être utilisés comme cache-écrans.

  • Micro-trottoir : Montage audio recueillant les réactions de plusieurs personnes autour d’un même thème.

  • Microphone : Très souvent abrégé “micro”, dispositif destiné à capturer la voix d’un animateur. On dit qu’un micro est ouvert lorsqu’il capte le son et fermé quand il n’est plus actif. On parle d’alimentation “phantom” pour certains micros qui nécessitent une alimentation externe pour fonctionner (on parle alors de micros “statiques” qui viennent en opposition aux micros “dynamiques”).

  • Niveaux : Généralement représentés par des jauges (sous forme d’une barre de LEDs ou d’une aiguille qui s’agite), cela permet au réalisateur ou au technicien son de contrôler que les voix et les musiques sont diffusées à un volume correct (ni trop fort, au risque de “saturer”, ni trop faible, au risque de ne pas être correctement entendu).

  • Opération commerciale : Se dit d’une opération de sponsoring mettant généralement en jeu un partenaire. Dans le cadre d’une opération commerciale, des jeux peuvent être organisés par la radio pour les auditeurs et une communication particulière est mise en place afin de véhiculer le message principal de cette opération. Souvent abrégé “opé”.

  • Papier : Document sonore réalisé par un journaliste, généralement agrémenté de courtes interviews, d’extraits musicaux ou sonores.

  • Passage d’antenne : Se dit de l’enchaînement entre deux émissions. Généralement les deux présentateurs s’adressent la parole un court instant pendant ce passage d’antenne, pour se saluer et réaliser un teasing sur la suite du programme.

  • Pige : Enregistrement authentique d’une chronique, d’une heure de diffusion, d’une émission, destiné à l’archivage.

  • Playlist : Ensemble de musiques diffusées sur la radio ou dans une émission.

  • Podcast : Enregistrement intégral ou monté d’une émission, destiné à la rediffusion publique.

  • Power intro : Mixage d’un jingle avec le début d’une musique reprenant les éléments clefs de cette musique et proposant un message lié à l’émission ou la radio.

  • Rampe : Bed court sur lequel un animateur doit poser sa voix dans un temps fixé. Ce bed est généralement ouvert et fermé par court jingle.

  • Retour : En studio, un animateur peut entendre les musiques qui passent et ses co-animateurs à l’aide d’un retour. Ce retour est généralement diffusé en permanence dans les casques des animateurs et dans les enceintes du studio quand les micros sont fermés.

  • Sampleur / Cartoucheur : Logiciel permettant d’envoyer des éléments sonores (ou “cartouches”, ou “instantanés”, ou “samples”) de manière asynchrone à la diffusion normale d’une émission.

  • Secours : Piste sonore déclenchée quand le studio n’est plus en capacité technique de diffuser.

  • SIP / VoIP : Protocoles de communication destinés à la mise en relation d’animateurs situés dans deux studios à distance ou pour mettre en relation des auditeurs avec le studio par une ligne Internet ou téléphonique.

  • Speak : Intervention d’un animateur radio.

  • Studio : Local dans lequel un ou plusieurs animateurs radio produisent leur émission.

  • Sweeper : Court jingle avec uniquement une voix off, diffusé sur le début ou la fin d’une musique.

  • Teasing : Intervention d’un animateur radio qui présente la suite du programme en donnant envie aux auditeurs d’écouter la suite de son émission.

  • Top Horaire : Jingle particulier diffusé à chaque début d’heure et rappelant avec force l’image de la radio.

  • Traitement de son : Dispositif logiciel ou matériel destiné à ajuster automatiquement le niveau sonore de la radio et à l’améliorer en lui donnant une “couleur” (sonorité représentative de la radio en question). Ce traitement peut s’appliquer à toute l’antenne ou aux micros. Il est généralement composé de compresseurs et d’égaliseurs.

  • Virgule : Très court élément sonore, généralement sans voix off, destiné à réaliser l’enchaînement entre deux parties d’une chronique, d’une émission, etc.

  • Voice-track : Intervention enregistrée d’un animateur radio, destinée à être diffusée dans une émission qui n’est pas produite en direct.

  • Voix off : Comédien(ne) dont on peut entendre la voix sur l’habillage de la radio ou d’une émission.

 

Modifié par christophermh44
Rétablissement de l'ordre alphabétique
  • Like 2
  • Upvote 3
  • Downvote 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tout n’est pas dans un carnet : le mieux, c'est de pratiquer !

A force de vouloir donner une signification aux mots, on en arrive, cher Monsieur à ne rien signifier du tout , ne rien dire et commettre des contre-sens : comprend-on seulement ce qui est signifié ?!?

Si on part du principe que le signifié est la représentation mentale d'une chose, donc pour vous, l'univers de la radio, vous vous engouffrez dans cette éternelle problématique en linguistique.

Oui, Monsieur, à vous lire, il suffirait de mettre des étiquettes et de tout reporter sur un petit carnet pour mieux le mémoriser.

Hélas, la langue n'est pas un répertoire de mots qui refléteraient les choses ou des concepts préexistants en y apposant des étiquettes !

Je note aussi l'absence du mot "programmateur', "audiovisuel", & "mixage". N'oubliez pas les potards !

  • Downvote 5

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 36 minutes, RADIOPIRATE a dit :

Tout n’est pas dans un carnet : le mieux, c'est de pratiquer !

A force de vouloir donner une signification aux mots, on en arrive, cher Monsieur à ne rien signifier du tout , ne rien dire et commettre des contre-sens : comprend-on seulement ce qui est signifié ?!?

Si on part du principe que le signifié est la représentation mentale d'une chose, donc pour vous, l'univers de la radio, vous vous engouffrez dans cette éternelle problématique en linguistique.

Oui, Monsieur, à vous lire, il suffirait de mettre des étiquettes et de tout reporter sur un petit carnet pour mieux le mémoriser.

Hélas, la langue n'est pas un répertoire de mots qui refléteraient les choses ou des concepts préexistants en y apposant des étiquettes !

Je note aussi l'absence du mot "programmateur', "audiovisuel", & "mixage". N'oubliez pas les potards !

1- Soit vous trollez et vous êtes vraiment très fort au quel cas je ne devrais pas vous accorder d'importance... Peut-être des rancœur de cet été quand j'expliquais pourquoi Brigitte n'avait pas sa place sur ce forum à votre grand désarroi ? Vu la façon avec laquelle vous m'adressez la parole, je ne serais pas surpris. Sachez juste que le troll avec moi, ça ne marche pas, car je me fais un malin plaisir de lui répondre. Sauf quand il radote, là ce n'est plus drôle du tout. Du coup je passe en mode DFTT. 

2- ... Mais je m'y risque quand même. Il n'y a aucune intention de philosopher derrière ce lexique et aucune intention de réduire un métier à des mots. Toutefois, quand une personne rejoint mon association et ne connaît pas la radio, alors que mon équipe et moi parlons naturellement avec du jargon, forcément qu'il y a un manque à combler et un lexique qui n'est pas là pour représenter 100% de la réalité d'un métier, quel qu'il soit, ne fait jamais de mal. Je n'ai jamais prétendu le faire, faut arrêter de voir le mal partout. Ça me débecte quand même de devoir vous expliquer à quoi sert un lexique.

3- Du coup je me suis dit que ça pourrait être bien de faire quelque chose de collaboratif afin de mettre nos connaissances acquises en commun et en me basant sur le travail que j'avais déjà commencé. 

4- Enfin, oui il manque certains mots. Certains comme les noms des métiers ne figurent pas ici car ils constituaient un autre paragraphe de mon document d'accueil. Il peut effectivement être judicieux de les ajouter à ce glossaire. Mais c'est aussi le but de ce post : y ajouter tout ce qui manque, proposer des définitions rectifiées, etc. Bref, si le côté collaboratif ne vous plaît pas, vous pouvez passer votre chemin. Ce post pourra intéresser tous ceux qui recherchent ce type de ressource, avec un tant soi peu de jugeote pour comprendre qu'il ne s'agit pas d'une référence absolue. 

  • Upvote 3
  • Downvote 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 28 minutes, christophermh44 a dit :

1- Soit vous trollez et vous êtes vraiment très fort au quel cas je ne devrais pas vous accorder d'importance... Peut-être des rancœur de cet été quand j'expliquais pourquoi Brigitte n'avait pas sa place sur ce forum à votre grand désarroi ? Vu la façon avec laquelle vous m'adressez la parole, je ne serais pas surpris. Sachez juste que le troll avec moi, ça ne marche pas, car je me fais un malin plaisir de lui répondre. Sauf quand il radote, là ce n'est plus drôle du tout. Du coup je passe en mode DFTT.

Ca ne marche sans doute pas pour vous, mais vous répondez pleinement : le poisson est bien là et c'est très drôle !

D'ailleurs, en parlant de "troll", il serait interessant de definir ce "signifié" : la nouvelle mode, que vous incarnez parfaitement, c''est de ne pas repondre aux objections et de brandir la menace "troll", un peu comme s'il s'agissait de la menace fantôme.

il y a 31 minutes, christophermh44 a dit :

2- ... Mais je m'y risque quand même. Il n'y a aucune intention de philosopher derrière ce lexique et aucune intention de réduire un métier à des mots. Toutefois, quand une personne rejoint mon association et ne connaît pas la radio, alors que mon équipe et moi parlons naturellement avec du jargon, forcément qu'il y a un manque à combler et un lexique qui n'est pas là pour représenter 100% de la réalité d'un métier, quel qu'il soit, ne fait jamais de mal. Je n'ai jamais prétendu le faire, faut arrêter de voir le mal partout. Ça me débecte quand même de devoir vous expliquer à quoi sert un lexique.

Et voilà, après le "troll", on s'en prend aux philosophes ! Il n'etait pas question de philosophie, mais de linguistique : pour un domaine comme la radio où l'oralité a une place importante, il est étrange qu'on méconnaisse la linguistique.

Je considere que les petits carnets de vocabulaire que vous entretenez sont parfaitement inutiles et ne representent aucune forme de réalité.

il y a 35 minutes, christophermh44 a dit :

3- Du coup je me suis dit que ça pourrait être bien de faire quelque chose de collaboratif afin de mettre nos connaissances acquises en commun et en me basant sur le travail que j'avais déjà commencé.

Pour vous ! Ce n'est pas l'avis de tout le monde ....

L'esprit "collaboratif" trouve ses limites; etrange que vous utilisez ce mot "collaboratif"; quand on le raccourcit, les gens sont prets à porter plainte !

Collaborons donc ....

il y a 37 minutes, christophermh44 a dit :

4- Enfin, oui il manque certains mots. Certains comme les noms des métiers ne figurent pas ici car ils constituaient un autre paragraphe de mon document d'accueil. Il peut effectivement être judicieux de les ajouter à ce glossaire. Mais c'est aussi le but de ce post : y ajouter tout ce qui manque, proposer des définitions rectifiées, etc. Bref, si le côté collaboratif ne vous plaît pas, vous pouvez passer votre chemin. Ce post pourra intéresser tous ceux qui recherchent ce type de ressource, avec un tant soi peu de jugeote pour comprendre qu'il ne s'agit pas d'une référence absolue. 

Ca distrait énormément et on en rigole : j'adore l’écriture satirique !

Pourra-t'on trouver aussi des documents d'accueil dans les toilettes ?!?

 

  • Downvote 6

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour bed, j'ai déjà entendu aussi "déroulant".

Sinon vous pourriez rajouter le RDS (Radio Data System) : sous porteuse contenant des données numériques injectée à 57 kHz dans le signal MPX. Système servant à identifier la station (codes PI et PS) mais aussi à ce que l'autoradio puisse changer de fréquence automatiquement lors d'un trajet lorsqu'un émetteur est mieux reçu qu'un autre.

  • Upvote 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci pour les suggestions :smile: Je vais attendre d'en avoir un peu plus s'il y en a qui arrivent, et je tâcherai de le mettre régulièrement à jour.

Pour ce qui est de la réponse de @RADIOPIRATE je vais capituler dès maintenant, parce que ça ne m'intéresse pas de dialoguer avec des gens qui déforment les propos des autres pour étayer des thèses qui n'ont même pas lieu d'être ;) 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Curieux1

J ai lu habillage, jingles, peut être manque t il "bande annonce" ? Skyrock la superradio avait ses fameuses bandes annonces en 1986 ! ainsi qu Europe 2 il me semble ? à ses débuts..

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour christophermh44, pas facile comme projet.

Voilà des suggestions et qqles troubles à la lecture de certaines formulations.

Si le mot papier existe cela me semble différent d'un enrobé. https://www.24hdansuneredaction.com/radio/ ou http://lettres.ac-dijon.fr/IMG/pdf/16.06.08.cabaumot.a2.v3.pdf

Mise en onde, réalisateur, les différents métiers de la radio, je ne sais pas si cela correspond à l'intention.

Commencer par l'aspect taxe pour le doirt d'auteur, cela me semble dommage. Le droit d'auteur est avant tout un droit de protection en tant que propriétaire d'une oeuvre. Dans d'autres pays, le droit de propriété par l'achat s'applique, le copyright. Il y a peut-être une autre formulation. Le micro qui sert uniquement à capter la voix d'un animateur...là aussi, c'est oublier les preneurs de son pour les concerts (en radio cela arrive aussi) et reporters. J'associe plus la pige à une obligation légale d'être en mesure de fournir les éléments diffusés à l'antenne. Même si le mot pige semble glisser vers ce qui est décrit.

Niveau équipement : codec (dans sip ?), mpx, bonnette micro, filtre anti-pop, fader,  soirée foot multiplex :586a2f087a19e_EmojiSmiley-06:, FM, PO GO, AM cartoucheur, potard, magnétophone ? (pas facile de savoir ou s'arrêter) Le traitement d'antenne n'est pas forcement une amélioration sonore (subjectif), donner une couleur oui, maintenir le signal à un certain "niveau" oui, participer à limiter l'excurtion en FM... peut-être, bref trouver une autre formulation. 

Ce serait bien de préciser à qui s'adresse la liste : bénévoles de webradio je suppose. C'était mes 2 cents.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 12 heures, dorian73 a dit :

Pour bed, j'ai déjà entendu aussi "déroulant".

Inutile d'en faire des tonnes non-plus : un bed, c'est tout simplement un instru de comblage qui permet à l'animateur de ne pas parler à blanc.

Il y a 12 heures, christophermh44 a dit :

Pour ce qui est de la réponse de @RADIOPIRATE je vais capituler dès maintenant, parce que ça ne m'intéresse pas de dialoguer avec des gens qui déforment les propos des autres pour étayer des thèses qui n'ont même pas lieu d'être ;) 

Et en quoi ils seraient déformés vos propos ?!?

  • Downvote 4

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 14 heures, christophermh44 a dit :

2- ... Mais je m'y risque quand même. Il n'y a aucune intention de philosopher derrière ce lexique et aucune intention de réduire un métier à des mots. Toutefois, quand une personne rejoint mon association et ne connaît pas la radio, alors que mon équipe et moi parlons naturellement avec du jargon, forcément qu'il y a un manque à combler et un lexique qui n'est pas là pour représenter 100% de la réalité d'un métier, quel qu'il soit, ne fait jamais de mal. Je n'ai jamais prétendu le faire, faut arrêter de voir le mal partout. Ça me débecte quand même de devoir vous expliquer à quoi sert un lexique.

C'est pourtant ce que vous nous faites : vous réduisez ce métier à des mots et par-dessus le marché, vous réclamez la contribution des autres pour soutenir et assister cette etrange vision !

Un drôle d'esprit "collaboratif" qui consiste à soutenir des experiences non-vécues et non-pratiquées : c'est tout à fait délirant votre truc.

Entre nous, vous feriez mieux de vous reconvertir dans un zoo : vous seriez dans votre element pour nous pondre les fiches techniques sur les animaux.

Modifié par RADIOPIRATE
  • Downvote 4

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tu peux rajouter "la libre antenne de radioactu" : forum consacré à la radio et constamment pollué par des invidus qui justifient cela par de la liberté d'expression.

  • Like 5
  • Upvote 1
  • Downvote 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 20 minutes, RADIOPIRATE a dit :

Inutile d'en faire des tonnes non-plus : un bed, c'est tout simplement un instru de comblage qui permet à l'animateur de ne pas parler à blanc.

Et en quoi ils seraient déformés vos propos ?!?

En fait, vous faites ça à longueur de temps sans vous en rendre compte.

  • "Inutile d'en faire des tonnes" → D'où la proposition d'en faire des tonnes de @dorian73 qui se résume à une petite phrase, représente "des tonnes" ? C'est pathétique.
  • "vous réduisez ce métier à des mots" → Bah non, vous interprétez très mal cette façon de faire. Ou alors, vous devez détestez les dictionnaires qui réduisent la langue française à des mots alors qu'il y a tellement plus : grammaire, figures de style, … Vous deviez détester recopier des définitions en cours au collège ou au lycée, parce que ça réduit les disciplines que l'on vous enseigne à des mots. C'est complètement absurde comme réflexion.
  • "Un drôle d'esprit "collaboratif" qui consiste à soutenir des experiences non-vécues et non-pratiquées" → Le but d'un forum, c'est de partager des expériences, généralement sur un thème commun. La création d'un lexique que j'ai voulu partager ici en fait tout à fait partie. Mais manifestement, vous avez l'air de mépriser tous ceux qui débutent dans le métier, comme s'ils devaient déjà connaître tout le vocabulaire pour commencer à faire de la radio. Personnellement, ça fait 10 ans que je baigne dans le milieu de la radio. Comme tout le monde, j'ai commencé en faisant des émissions que je pensais géniales, mais qu'aujourd'hui je trouve inécoutables. Ça s'appelle progresser. Mais une fois rendu à un certain niveau, qu'est-ce qui me permet de prétendre que j'ai le savoir absolu sur un sujet ? Rien, et cela que j'ai 10, 20 ou 40 ans d'expérience. Alors je partage ce que je sais pour tous ceux qui ont envie de se lancer dans la radio. Peut-être devriez-vous remettre en question votre vision des choses car mépriser ceux qui commencent et qui ne savent pas, c'est purement égoïste comme vision des choses et vous donnez une très mauvaise image de notre métier.
    J'ai d'ailleurs vu dans une de vos réponses récentes que vous méprisiez également le travail des associatives. Vous faites des généralités sur quelques expériences que vous avez eues. Bravo pour les amalgames. Il y a des associatives qui font un boulot digne des stations en FM (certaines ont des fréquences en FM, n'en vous déplaisent) mais non, vous il vous faut l'élite, la crème de la crème, parce que ceux qui veulent essayer de faire quelque chose de bien alors qu'ils débutent ou qu'ils ne sont pas pro : beurk ! Laissons ce bas peuple de côté et continuons de s'auto-congratuler ! (Voyez, c'est chiant de déformer les propos des gens…)
  • "etrange que vous utilisez ce mot "collaboratif"; quand on le raccourcit, les gens sont prets à porter plainte !" → Une allusion probablement à la 2nde Guerre Mondiale je présume ? Bravo pour le point Godwin, mais ça n'a aucun rapport. Relisez ce dictionnaire que vous méprisez tant, et vous vous rendrez compte que "collaboratif" désigne surtout un travail commun.
  • "Et voilà, après le "troll", on s'en prend aux philosophes ! Il n'etait pas question de philosophie, mais de linguistique" → Jamais je ne m'en suis pris aux philosophe, j'ai employé le terme "philosopher". Rien à voir. Ou alors, vous ne savez pas lire un message, ce qui expliquerait les nombreux propos incohérents.

Il vous faut d'autres exemples de déformation de propos ? J'en ai à la pelle !

Je serais bien tenté de dire, une fois de plus, que je ne répondrais plus aux trolls, mais parfois, ça soulage de débunker ce qui a pu être dit.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

christophermh44 

Oubliez les délires sarcastiques de certains ici. La critique est plus facile que la concrétisation, celui qui passe son temps à critiquer n'avance pas.

Les chiens aboient, caravane passe  :P

Votre idée est bonne, n'hésitez pas à l'approfondir.

Modifié par balvenie
  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 39 minutes, RADIOPIRATE a dit :

vous réduisez ce métier à des mots

Que dire de votre "RADIO OVNI" ? A la lecture de votre prose quotidienne, je m'attendais à quelque chose de flamboyant, novateur, accrocheur, enrichissant.

Quelle déception ! Ce n'est qu'un vulgaire fil musical comme on en trouve  des milliers en ligne. Zéro contenu, aucune créativité, pas d'originalité.

Où sont les interventions pertinentes, structurées des animateurs, chroniqueurs ? Quid de l'information traitée de façon objective, concise et professionnelle ? Quid de l'habillage innovant et mélodieux ? Rien de tout ça, juste une pauvre coquille vide mais qui fait du bruit. Bref, beaucoup de blabla pour au final proposer "ça".

La radio réduite à un mot.

 

  • Upvote 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 4 heures, RADIOPIRATE a dit :

Inutile d'en faire des tonnes non-plus : un bed, c'est tout simplement un instru de comblage qui permet à l'animateur de ne pas parler à blanc.

"Déroulant" : 1 mot, 9 caractères.
"un instru de comblage qui permet à l'animateur de ne pas parler à blanc" : 15 mots,  57 caractères si je ne compte l'apostrophe.
Donc, c'est moi qui en fait des tonnes ?

D'ailleurs si je suis votre raisonnement, je ne vois pas ce que "comblage" vient faire dans votre définition.

Vous voyez moi aussi je peux consacrer un peu de mon temps à faire chier le monde.

Modifié par dorian73
  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 04/10/2018 à 10:45, Patrick-73 a dit :

La radio réduite à un mot.

C'est pas plus mal parfois et avec de la bonne techno : mais vous n'aimez pas ce genre musical, vous les bobos des assos ! Et vous nous en faites du fleuve sur l'antenne ....

 

Modifié par RADIOPIRATE
  • Downvote 3

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je relance avec ces propositions.

papier - Le terme désigne l'intervention à l'antenne d'un journaliste ou d'un chroniqueur sous une forme spécifique. En studio ou en extérieur, de manière brève, l'intervenant lit un texte préparé sans autre élément sonore complétant le propos.

enrobé - L'enrobé est un papier illustré par des éléments sonores brefs du type interview ou ambiance sonore.

chronique - Le terme désigne une intervention à l'antenne au ton personnel et stylisé le plus souvent dans un champ précis (actualité, économie, culture,...). La chronique se définit également par son caractère régulier (quotidien, hebdomadaire).

microphone  - Egalement nommé micro, un microphone est un transducteur. Il permet de transformer des vibrations (majoritairement de l'air) en signal électrique. En radio celui-ci est principalement utilisé pour l'enregistrement et/ou la diffusion de la voix. Il peut également être utilisé pour l'enregistrement et/ou la diffusion d'ambiances sonores et d'instruments musicaux. Il existe plusieurs principes de fonctionnement. Parmi les plus répandus, certains nécessitent une alimentation électrique (par pile ou alimentation externe dite phantom), on parle alors de micros électrostatiques en opposition aux micros dynamiques. Plusieurs éléments permettent de distinguer les microphones : la directivité, la sensibilité, l'impédance, la pression acoustique maximale, le bruit de fond.

filtre anti-pop : Ce filtre permet d'atténuer les risques de saturation du micro lors de l'emploi des plosives tout en restant dans l'axe du micro. Dans la langue française cela concerne principalement les lettres p, b, t. 

bonnette : Elément en mousse qui se positionne sur le micro. Selon l'usage du micro, il sert à la fois d'élément d'hygiène et d'atténuation des vibrations indésirables du vent ou du souffle de la parole.

...pas facile comme projet de réaliser un lexique.

 

 

Modifié par vieira
  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 04/10/2018 à 13:28, dorian73 a dit :

D'ailleurs si je suis votre raisonnement, je ne vois pas ce que "comblage" vient faire dans votre définition.

C'est dommage parce que c'est du comblage avant l'intro musicale souvent de 20 secondes.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a une heure, RADIOPIRATE a dit :

C'est dommage parce que c'est du comblage avant l'intro musicale souvent de 20 secondes.

Haha  !! ça se voit que vous maîtrisez le sujet @RADIOPIRATE

Un bed peut tout aussi bien être utilisé pendant des temps de paroles de 5, 10 ou 15 minutes (dans des libres antennes par exemple). 

Et ça vient râler sur la pertinence d'un lexique !! 

Modifié par christophermh44

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 4 heures, christophermh44 a dit :

Haha  !! ça se voit que vous maîtrisez le sujet @RADIOPIRATE

Un bed peut tout aussi bien être utilisé pendant des temps de paroles de 5, 10 ou 15 minutes (dans des libres antennes par exemple). 

Et ça vient râler sur la pertinence d'un lexique !! 

Trop long votre bed de 15 minutes (ca ne se fait pas de mettre un bed de 15 minutes !) : autant parler à blanc ou balancer du classique ou du jazz en instru ....

Quant à vos lexiques, vos définitions, ca veut rien dire si ce n'est que vous êtes un bobo de l' associatif qu'a pas fait grand chose ....

Comme Monsieur est payé à ne rien faire et ne produit que trop peu d'idées, il faut collaborer pour tout lui apporter sur un plateau : c'est ca l'esprit "collaboratif" Monseigneur !

 

Modifié par RADIOPIRATE
  • Downvote 5

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 04/10/2018 à 21:38, vieira a dit :
...pas facile comme projet de réaliser un lexique.

D'autant plus que le lexique 'papier/enrobé' est un lexique qui concerne plus la presse et atteste qu'on n'a jamais vraiement compris ce qu'etait la radio : on fait un amalgame douteux en inventant des missions et on se croit "journaliste et titulaire de presse ecrite" pour nous parler des carambars ou des calamars !

Schizophrénie, quand tu nous tiens ...

Modifié par RADIOPIRATE
  • Downvote 4

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 03/10/2018 à 10:07, christophermh44 a dit :

Interview : Succession de questions-réponses entre un journaliste et une ou plusieurs personnes tierces.

Proposition : Succession de questions-réponses afin d'obtenir des informations, des opinions auprès de une ou plusieurs personnes tierces dans l'objectif dans diffuser le contenu. Le terme renvoie également à une forme d'intervention à l'antenne. 

Power Intro, j'apprends ce terme. Je suis plutôt de la génération bobino, bob. Snif, à première vue, ce mot ne figure même plus dans l'imaginaire associé à la radio. Sinon Power : console de mixage en métal nécessitant de taper du point pour retrouver la stéréo.

Le 03/10/2018 à 10:07, christophermh44 a dit :

Droits d’auteurs : Taxe dont doit s’acquitter une radio afin d’obtenir le droit de diffuser des musiques. En France, les droits d’auteurs sont payés auprès de la SACEM. Ils vont de pair avec les droits de producteurs, reversés aux sociétés SCPP et SPPF.

Proposition : Le droit d'auteur rassemble l'ensemble des droits rattachés à l'auteur d'une oeuvre artistique. En radio, les organismes de gestion collective du droit d'auteur et des droits connexes servent d'intermédiaire pour négocier les licences et la rémunération afférentes à l’utilisation des œuvres. Pour les artistes musiciens interprètes, il s'agit (principalement) de la SACEM, pour les producteurs (principalement) SCPP et SPPF.

il y a 28 minutes, RADIOPIRATE a dit :

lexique 'papier/enrobé' est un lexique qui concerne plus la presse et atteste qu'on n'a jamais vraiement compris ce qu'etait la radio

énorme !

Si les mots papiers et enrobés ne sont jamais parvenus dans vos oreilles au sein d'une radio, c'est donc qu'il n'y a aucun journaliste dans la station ! Au cas ou, le mot papier s'emploie aussi en TV. L'enrobé en radio, pour ma part, m'insupporte. Jean Lebrun, homme de radio alors que je n'étais même pas au stade de spermatozoide en parle très bien dans cette émission  (vers 24/25 minutes) : https://www.franceculture.fr/emissions/les-chemins-de-la-philosophie/montez-le-son-34-jean-lebrun-de-lautre-cote-du-poste

Speaker, radioreportage, ces expressions ont aussi une histoire. La presse écrite a précédé la radio et il reste des traces dans le vocabulaire.

Après, si la remarque porte sur :  la radio se limite à un robinet à musique et à journalistes. Ça se discute mais peut-être pas dans ce post. Carambar et calamars, j'aime les deux !

Modifié par vieira

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 3 minutes, Patrick-73 a dit :

Mépris, provocation, dédain, diatribe, voilà de quoi se nourrit l'omniscient du forum. Je rejoins ceux qui l'ont quitté, la coupe est pleine

En matiere de mepris, vous etes bien placé : Monsieur nous fait du denigrement de radios qui ne font l'objet d'aucune promotion !

A croire que vous souhaitez en faire la promotion ?!?

  • Downvote 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 2 heures, Patrick-73 a dit :

Mépris, provocation, dédain, diatribe, voilà de quoi se nourrit l'omniscient du forum. Je rejoins ceux qui l'ont quitté, la coupe est pleine.

 

 

Il ne faut pas, ces gens n'en valent pas la peine. Les propos qu'ils tiennent (parfois on dirait de l'écriture automatique ou du cadavre exquis quand il ne s'agit pas de provocation) m'inspirent autant d'intérêt qu'un poil de cul oublié sur une lunette de chiottes.

Modifié par dorian73

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 8 heures, RADIOPIRATE a dit :

Trop long votre bed de 15 minutes (ca ne se fait pas de mettre un bed de 15 minutes !) : autant parler à blanc ou balancer du classique ou du jazz en instru ....

Quant à vos lexiques, vos définitions, ca veut rien dire si ce n'est que vous êtes un bobo de l' associatif qu'a pas fait grand chose ....

Comme Monsieur est payé à ne rien faire et ne produit que trop peu d'idées, il faut collaborer pour tout lui apporter sur un plateau : c'est ca l'esprit "collaboratif" Monseigneur !

 

Cher @RADIOPIRATE,

puisque vous semblez être un pro du lexique radio, je vous propose d’en faire la rédaction complète.

Pour parler de ceux qui sont payés à ne rien faire, contrairement aux radios commerciales, les assocatives font l’objet de beaucoup de collaboration. Il est rare qu’une seule personne bénéficie d’un pouvoir de décision sans concertation.

Devons nous en déduire que les salariés de radios commerciales sont payés à ne rien faire? Il ne sont que rarement sollicités par les responsables hiérarchiques pour exposer leurs idées.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Très bonne idée @christophermh44 que ce lexique radio !

Par contre, à tous les contributeurs de ce sujet, ne perdez pas votre temps et votre énergie à répondre à RADIOPIRATE. A part troller et vous mépriser parfois jusqu'à l'injure publique, il ne sait faire que ça. Très peu voire aucune maîtrise de la plupart des sujets, il n'est pas intéressant de lui répondre dans l'espoir d'avoir un échange constructif avec lui. Personnellement, ça fait un temps que j'ai abandonné l'idée de lui répondre.

Modifié par LaVraieRadio

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 10 heures, Patrick-73 a dit :

Mépris, provocation, dédain, diatribe, voilà de quoi se nourrit l'omniscient du forum. Je rejoins ceux qui l'ont quitté, la coupe est pleine.

 

 

Je viens de contacter les administrateurs de ce forum pour exiger des explications sur la publication des propos de Radio Pirate.

L'ambiance devient de plus en plus détestable et j'ai averti les administrateurs qu'à défaut de réaction convaincante de leur part, je quitterai cette libre-antenne moi aussi.

S'ils veulent que leur site devienne un ramassis de propos orduriers ou de règlement de compte c'est à eux de voir mais moi je n'y participerai plus.

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 1 heure, Prunelle a dit :

Je viens de contacter les administrateurs de ce forum pour exiger des explications sur la publication des propos de Radio Pirate.

L'ambiance devient de plus en plus détestable et j'ai averti les administrateurs qu'à défaut de réaction convaincante de leur part, je quitterai cette libre-antenne moi aussi.

S'ils veulent que leur site devienne un ramassis de propos orduriers ou de règlement de compte c'est à eux de voir mais moi je n'y participerai plus.

Je suis pas loin non plus de faire la même chose...

Je connais très bien Patrick ayant travaillé avec lui, c'est tout l'inverse de ce que décrit Radio Pirate qui pousse en permanence les gens à bout. Patrick c'est quelqu'un qui a une grande culture de la radio, de la musique, qui en connaît un sacré rayon sur les ondes (je parle des gammes de fréquences, des choix d'antennes etc...) et qui m'a appris énormément de choses. C'est sur qu'il manquera sur ce forum.

Modifié par dorian73

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le ‎03‎/‎10‎/‎2018 à 10:07, christophermh44 a dit :

Hello tous,

J'avais commencé un lexique de radio il y a quelques temps pour le diffuser dans mon asso en interne. Je me disais que ça pourrait être bien de le compléter ou le corriger de façon collaborative (n'hésitez pas à me dire si vous pensez que certaines définitions sont inexactes). Qu'en dites-vous ? Voici ce que j'ai pour l'instant :

 

Lexique très intéressant à lire !

On peut également rajouter :

- Actif / passif : un réseau diffuse en actif dans une ville lorsqu'il y a décrochage local. La diffusion en actif permet de diffuser de la publicité locale, à condition de réaliser également un programme d'intérêt local (quelques heures par jour selon la convention). On parle ainsi d'émetteur actif où, outre la pub locale, la radio diffuse des flahs d'information locale et un programme local avec un animateur local. Sur certaines radios, le programme musical pendant le décrochage reprend le programme musical diffusé sur le réseau national (seul l'animateur est local). Pour les décrochages locaux des réseaux nationaux, le décrochage a lieu partout à la même tranche-horaire (pendant 4 heures en général), à l'exception des quelques radios franchisées qui gardent une certaine liberté pour le moment de leur décrochage et le contenu de leur programme local. Une fréquence est dite active, par opposition aux fréquences dites passives : un réseau diffuse en passif lorsqu'aucun décrochage local n'a lieu.

- Annonceur : Société qui achète des espaces publicitaires.

- Banque de programme : lorsqu'une radio locale n'a pas les moyens ou la volonté de réaliser 24h/24 ses propres programmes, elle diffuse une banque de programme à laquelle elle s'est abonnée. Ce programme n'est pas identifié et les radios peuvent y insérer des espaces de pub et des jingles grâce à des systèmes automatisés. Exemple de banque de programme : AFP Audio et Sophia (Radio France).

- Cache-musical ou cache-écran : sur les réseaux, c'est un titre qui sert à combler un écran pub local pour les fréquences qui n'effectuent pas de décrochage local. ce disque "compacté" est en général formaté à une durée fixe (3mn, 3mn30 en général) de façon à ce que toutes les stations locales aient des écrans publicitaires de durée fixe et puissent raccrocher le programme national au même moment pour que cela soit "propre" à l'antenne. Le cache-musical ou cache-écran est dont utilisé sur les fréquences passives et pour la diffusion sur satellite et Internet.

- Catégories : 5 catégories sont définies par le CSA pour classer les radios :

Catégorie A : radios locales associatives (elles ont une desserte locale, vivent du fonds de soutien à l'expression radiophonique et d'un tout petit peu de publicité locale, les recettes publicitaires ne devant pas dépasser 20% du chiffre d'affaire).

Catégorie B: radios locales ou régionales commerciales indépendantes (elles ont une desserte locale ou régionale, sont productrices de leurs programmes - elles ne diffusent aucun programme national identifié - et vivent de leurs propres recettes publicitaires).

Catégorie C : radios locales commerciales diffusant le programme d'un réseau national (diffusion en actif d'un réseau national : le réseau national assure des décrochages locaux pour les pubs et les infos et quelques heures de programme local dans la journée en semaine). Ce sont des radios filiales ou franchisées à un réseau thématique national ; ce sont donc des antennes mixtes qui proposent 20% d'émissions locales entre 6h et 22h, d'une durée qui ne peut être inférieure à 3 heures, hors publicités locales.

Catégorie D : radios commerciales nationales (diffusion en passif : pas de décrochages locaux ; uniquement le programme national). Ce sont les réseaux nationaux.

Catégorie E : radios nationales généralistes (RTL, Europe 1, RMC).

A noter que ces catégories ne concernent que les radios privées. Les radios du service public n'entrent pas dans ces catégories.

- Cible : Catégorie de population visée par une radio (âge des auditeurs essentiellement).

- Donut : Bed avec une identité chantée de la radio en début et en fin. Le speak de l'animateur est donc pris en "sandwich" par l'identification de la station.

- Format : une radio adopte un format (musical, news & talk, thématique...) en fonction de la cible qu'elle vise. Sur les radios musicales, on distingue en gros trois formats : 1) Le format adulte destiné aux plus de 30-35 ans : Nostalgie, RFM, Chérie / 2) Le format jeunes adultes destiné au moins de 35 ans : RTL2, Virgin / 3) Le format jeune destiné aux 15-24 ans : NRJ; Fun, Skyrock.

- Fin feed : titre qui se termine progressivement (quand le son, à la fin de la chanson, diminue petit à petit).

- Fin cut : titre qui se termine net ; fin brusque (sur lequel l'animateur peut se faire surprendre s'il doit parler juste après).

- Programmes : on distingue 4 grandes sortes de programmes en radio : 1) Les programmes musicaux (Nostalgie, NRJ, Chérie, RFM, RTL2, Virgin, MFM, Fun, Skyrock) / 2) Les programmes généralistes (RTL, Europe1, RMC, Sud Radio, France Inter, France Bleu) / 3) Les programmes thématiques (BFM, Radio Classique, France Info, France Culture, France Musiques) / 4) Les programmes locaux (FIP et les radios locales non affiliées à un réseau national).

- Quotas : Depuis 1996, les radios sont soumises à des quotas et doivent ainsi diffuser au moins 40% de chansons d'expression française, dont la moitié de nouveaux talents. En 2000, la loi a été depuis assouplie, ce quota pouvant varier de 35% à 60%  avec en contrepartie plus ou moins d'obligations sur la proportion de nouveaux talents à diffuser. Ainsi les radios jeunes sont autorisées à ne diffuser que 35% de chansons francophones mais doivent diffuser au moins 25% de nouveaux talents. Les radios adultes doivent diffuser au moins 60% de chansons francophones dont 10% de nouvelles productions.

- Réseau : un réseau désigne une radio nationale, qu'elle possède ou non des antennes locales (on parle donc de réseau en catégorie D ou C). Des radios locales qui se sont développées de manière importante forment également des réseaux régionaux (Alouette, Contact FM, Vibration...).

 

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 4 minutes, Nosta a dit :

- Donut : Bed avec une identité chantée de la radio en début et en fin. Le speak de l'animateur est donc pris en "sandwich" par l'identification de la station.

Ça peut être aussi parlé, non ?

Car sur Nostalgie Lyon, j'entends Emmanuel Baudin commencer son speak puis "12h-16h, Nostalgie Lyon avec Emmanuel Baudin" puis la suite de son speak.

Je propose aussi de mettre dans ton lexique @christophermh44

Reprise tuner : Utilisation d'une fréquence existante pour la réémettre sur une autre (si au-dessus de 0,4 MHz).

Ça semble un peu bancal par contre, ma description non ?

Modifié par Gaël01
Proposition pour le lexique
  • Downvote 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Tata Christiane
Le ‎07‎/‎10‎/‎2018 à 15:07, Nosta a dit :

- Actif / passif : un réseau diffuse en actif dans une ville lorsqu'il y a décrochage local.

Un mot qui est complètement rentré en désuétude : ca fait longtemps qu'on n'emploie plus ce vocabulaire. Les plupart des "actifs" émettent aussi "en passif" dans des agglos. Ca n'a aucun sens et ca ne veut rien dire.

Du temps où je travaillais à radio France Provence, je me suis battue pour avoir des microlocales; on peut dire qu'elles etaient actives. Aujourd'hui, elles ont fermé. Elles sont donc passives.

Le ‎07‎/‎10‎/‎2018 à 15:07, Nosta a dit :

- Banque de programme : lorsqu'une radio locale n'a pas les moyens ou la volonté de réaliser 24h/24 ses propres programmes, elle diffuse une banque de programme à laquelle elle s'est abonnée. Ce programme n'est pas identifié et les radios peuvent y insérer des espaces de pub et des jingles grâce à des systèmes automatisés. Exemple de banque de programme : AFP Audio et Sophia (Radio France).

 C'était dans les années 80; depuis que Rire et Chanson est passé par là, y'a plus de banque de programmes. Tout le monde est passé en passif. Quant aux banques de programmes, la plupart ont déposé le bilan.

Le ‎07‎/‎10‎/‎2018 à 15:07, Nosta a dit :

- Réseau : un réseau désigne une radio nationale, qu'elle possède ou non des antennes locales (on parle donc de réseau en catégorie D ou C). Des radios locales qui se sont développées de manière importante forment également des réseaux régionaux (Alouette, Contact FM, Vibration...).

Encore une mauvaise définition : d'un coté, on nous dit que c'est une "radio nationale"; de l'autre, c'est une "radio locale qui s'est développée de manière importante.

Ce que l'on ne definit pas par contre, c'est la manière de se développer de facon importante.

Le ‎07‎/‎10‎/‎2018 à 15:07, Nosta a dit :

- Programmes : on distingue 4 grandes sortes de programmes en radio : 1) Les programmes musicaux (Nostalgie, NRJ, Chérie, RFM, RTL2, Virgin, MFM, Fun, Skyrock) / 2) Les programmes généralistes (RTL, Europe1, RMC, Sud Radio, France Inter, France Bleu) / 3) Les programmes thématiques (BFM, Radio Classique, France Info, France Culture, France Musiques) / 4) Les programmes locaux (FIP et les radios locales non affiliées à un réseau national).

Encore une manie bien francaise de tout classer et mettre des etiquettes partout : en realité, on trouve  des musicales thématiques ou généralistes, des radios "talk", des radios locales. Hélas, les radios locales ne sont pas considérées par le csa : on considere qu'une radio doit couvrir un territoire conséquent et doit forcement être nationale. C'est pour cela qu'on a créé les quotas : pour que les radios nationales passent de la musique francaise.

Lorsque je dirigeais radio France PROVENCE, nous avons mis l'accent sur le patrimoine comme Carlos ou Michele TORR.

Le ‎07‎/‎10‎/‎2018 à 15:07, Nosta a dit :

- Quotas : Depuis 1996, les radios sont soumises à des quotas et doivent ainsi diffuser au moins 40% de chansons d'expression française, dont la moitié de nouveaux talents. En 2000, la loi a été depuis assouplie, ce quota pouvant varier de 35% à 60%  avec en contrepartie plus ou moins d'obligations sur la proportion de nouveaux talents à diffuser. Ainsi les radios jeunes sont autorisées à ne diffuser que 35% de chansons francophones mais doivent diffuser au moins 25% de nouveaux talents. Les radios adultes doivent diffuser au moins 60% de chansons francophones dont 10% de nouvelles productions.

En 1996, personne ne voulait passer "les boys band" et NRJ était en perte de vitesse : grace au CSA, on a pû enfin reussir des groupes comme les 2b3, Alliage. Même les Worlds Appart etaient considérés comme une production francaise ....

Je me suis pourtant battue pour faire passer Mireille MATTHIEU et Charles Aznavour sur les antennes : lorsqu'ils chantaient en allemand, le csa ne les reconnaissait pas comme artistes francophones. 3 semaines à l'hôpital : j'ai eu un AVC.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Votre contenu devra être approuvé par un modérateur

Invité
Vous postez un commentaire en tant qu’invité. Si vous avez un compte, merci de vous connecter.
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement

×