Aller au contenu
NEWZIC RADIO

Je viens de recevoir 1 mail de SCPP

Messages recommandés

bonsoir,

je viens de recevoir un mail de la scpp, voici la copie:

le mieux serait qu'on s'appelle

à quel numéro puis je vous joindre

Merci

Sophie Barbier

-*----------------------------------------------------------------

Bonjour,

Merci de l'attention que vous avez porté à ma webradio?

Quels sont Vos tarifs?

Comment allons nous travaillez ensemble?

HUGO NewZic

-----Message d'origine-----

De : Sophie BARBIER [mailto]

Envoyé : lundi 29 janvier 2007 10:52

À : contact@newzic.fr

Objet : régularisation des droits

Bonjour,

La SCPP ( Société Civile des Producteurs Phonographiques ) a été mandatée par ses membres producteurs de phonogrammes afin de conclure des contrats généraux d'intérêt commun dans le but d'améliorer et de faciliter la diffusion des phonogrammes.

Nous avons donc été mandatés pour établir des contrats concernant l'activité des Webradios.

A ce titre, je prends contact avec vous aujourd'hui afin que nous puissions nous rencontrer le plus rapidement possible concernant votre webradio

Merci donc de prendre contact avec moi ou avec Magali Roubieu au 01 41 43 03 02 afin que nous puissions convenir d'un rendez-vous

Sincères salutations

Sophie Barbier

Directeur des Droits Phonographiques

Que faire?????????????????

merci hugo

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonne chance. J'ai l'impression que ça va marquer un tournant tout ça.

Mon conseil, ça ne te coûte rien de les contacter, tu verra un peu ce qu'elle propose. Je pense que ça va s'étendre à toutes les webradios.

Tient nous au courant :)

Raf

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

on y a eu le droit 750€ je crois en plus par an en plus de la sacem

en fait elle va etudier ton budget se que tu gagne avec la radio etc... et te donner un prix

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Rien de bon en perspective ... Ces gens même si certains ne sont que des executants feraient bien de comprendre qu'il y a déja pas mal de charges et qu'une webradio ne gagne rien mais dépense ! Et ce n'est pas ce petit flu de pub Google si mis en place qui saura rentabiliser l'affaire !

Raf

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

meme si tu ne gagne rien c'est un prix fixer en fonction du nombres d'auditeurs pour les web radio cela tourne vers 600 ht donc 60 euros ttc par mois environ , cela comprend le scpp et le scpf , il faut rajouter a cel la sacem , lhebergement le stream , etc ...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

les appeller tous simplement ... ils te donnerons la marche a suivre et te donnerons tous les renseignements que tu souhaite ;;;;

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

le monde des webradios prend le même chemin que les radios Fm a leurs débuts ( ce que je trouve dommage ) ... bientôt les petites structures devront soit fermer , soit ce grouper avec d'autres petites structures pour crée une seule et unique webradio avec le même nom . Le coût pour une webradio est plus qu'abusé aujourd'hui , surtout quand on sait qu'au départ les personnes qui montent une webradio le font pas pour gagner de l'argents mais plutôt par plaisir !!!

a suivre ...

( avis personnel bien entendu )

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Mais ya un truc que je saisi pas la...

Si on monte une webradio et qu'on ne diffuse que de la musique libre, et donc qu'il n'y ait aucun frais SACEM, on est obliger de payer la SCPP ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Mais ya un truc que je saisi pas la...

Si on monte une webradio et qu'on ne diffuse que de la musique libre, et donc qu'il n'y ait aucun frais SACEM, on est obliger de payer la SCPP ?

Non, musique libre ca veut dire ce que ça veut dire, c'est libre de droits, donc tu peux diffuser "gratuitement" et légalement.

FriSk

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ah ok !

Nan car je sais que si l'on diffuse des musiques libres, il n'est pas nécessaire de payer la SACEM, mais ne sachant pas ce qu'est la SCPP, j'ai eu peur...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ah ok !

Nan car je sais que si l'on diffuse des musiques libres, il n'est pas nécessaire de payer la SACEM, mais ne sachant pas ce qu'est la SCPP, j'ai eu peur...

La SCPP c'est les producteurs !

SCPP: Société Civile des Producteurs Phonographiques

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Et voilà! Sa y'est sa commence. La SCPP avais prévu cela depuis un bon petit moment ;)

Il faut savoir aussi que la scpp surveille beaucoup ce type de forum et celui-ci encore plus ;), elle poste même des sujets ;)

le monde des webradios prend le même chemin que les radios Fm a leurs débuts ( ce que je trouve dommage ) ..

Tu as raison sur toute la ligne et c'est exactement ce qu'il va se passer ! Pourquoi? Parceque les ondes FM vont disparaitre au profit du numérique, il est donc logique que la scpp "nettoie" le terrain avant l'arrivée des grands groupes. Il faut dire que la webradio dure depuis maintenant environ 12 ans ;) on s'est bien amusé.

Pour information, les grosses radios appartiennenet pratiquement tous à un group, du genre le group START comprend par exemple : wit fm ou encore voltage.

Il est ENFIN temps que les passionné webradio s'unissent enfin au lieu de se manger entre eux ;) L'union à toujours fait la force.

N'oubliez pas une chose : ceux qui ont commencé comme nous en tant que webradio pur souche, garde cet esprit "libre" et ne va pas fermer la porte aux jeunes qui veulent se lancer, bien au contraire.

A ce sujet, il il y a encore pas mal de places disponibles sur to@ne radio si cela interesse quelqu'un.

Musicalement,

To@ne radio

http://www.toane.com

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Pour information, les grosses radios appartiennenet pratiquement tous à un group

La World Company c'est ca ? Toane faut arrêter de dire n'importe quoi des fois ...

Au passage je vous rappelle que la Sacem, la Scpp et la Sppf ont été crées par les artistes, les producteurs et les auteurs afin de rémunérer leur métier . Après on aime ou on aime pas leur méthode, mais si l'on souhaite pouvoir utiliser leurs productions il faut forcement se mettre en conformité avec eux.

Ps: Je ne suis pas un ayant droit :wink:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
La World Company c'est ca ? Toane faut arrêter de dire n'importe quoi des fois ...

ok défi relevé, dès ce soir je vous fournis le nom des group et les radios associées ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Au passage je vous rappel que la Sacem, la Scpp et la Sppf ont été crées par les artistes, les producteurs et les auteurs afin de rémunérer leur métier . Après on aime ou l'on aime pas leur méthode, mais si l'ont souhaite pouvoir utiliser leur productions il faut forcement ce mettre en conformité avec eux.

Ps: Je ne suis pas un ayant droit :wink:

Peut être, mais sans radios et webradios, ils seraient moins connu et vendraient beaucoup moins de disque.

Imaginez, toutes les radios ne diffusent plus que des titres libres de droit....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Et voilà! Sa y'est sa commence. La SCPP avais prévu cela depuis un bon petit moment ;)

Il faut savoir aussi que la scpp surveille beaucoup ce type de forum et celui-ci encore plus ;), elle poste même des sujets ;)

le monde des webradios prend le même chemin que les radios Fm a leurs débuts ( ce que je trouve dommage ) ..

Tu as raison sur toute la ligne et c'est exactement ce qu'il va se passer ! Pourquoi? Parceque les ondes FM vont disparaitre au profit du numérique, il est donc logique que la scpp "nettoie" le terrain avant l'arrivée des grands groupes. Il faut dire que la webradio dure depuis maintenant environ 12 ans ;) on s'est bien amusé.

Pour information, les grosses radios appartiennenet pratiquement tous à un group, du genre le group START comprend par exemple : wit fm ou encore voltage.

Musicalement,

To@ne radio

http://www.toane.com

Vas-y poste encore messages, ça fait du bien de rire !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je ne vois pas le comique de mes réponses ?

Les radios qui marchent font parties d'un "groupe" comme par exemple NRJ group avec

* NRJ

* Nostalgie (radio)

* Chérie FM

* Rire et Chansons

Alors soit on ne se comprend pas soit vous ne connaissez pas ces fameux groupe ?

A quoi sert cette ironie sur une réponse toute simple ?

musicalement,

To@ne radio

http://www.toane.com

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Radios du groupe Radio France :

* FIP

* France Bleu (41 radios locales)

* France Culture

* France Info

* France Inter

* France Musiques

* Le Mouv'

De plus, trois grands groupes se partagent la quasi-totalité du gâteau des réseaux :

* NRJ Group (NRJ, Chérie FM, Nostalgie, Rire et Chansons),

* Lagardère Active (Europe 1, Europe 2, RFM),

* RTL Group (RTL, RTL2, Fun Radio)

Et il a également le groupe START avec wit fm, voltage, scoop et d'autres dont je ne me souviens plus le nom.

Pour la bande fm, les radios attendent encore le feu vert du csa pour être en numérique car il y aurais encore des problèmes sur le mode de sécurisation des flux.

Arretez moi si je me trompe.

Donc voilà, je ne vois pas en quoi toutes ces infos ont un caractère comique ;)

bonne journee

musicalement,

http://www.toane.com

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Radio France ça reste quand même du service public.

Mais sinon que c'est vrai que seuls les grand groupes puissent avoir accès de cette façon à la FM, même s'il existe des Cat. A et B, elles restent minoritaires face aux "grandes" radios.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Radios du groupe Radio France :

Pour la bande fm, les radios attendent encore le feu vert du csa pour être en numérique car il y aurais encore des problèmes sur le mode de sécurisation des flux.

Bah, ça par exemple !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

et bien explique nous alors;)

Mes infos datent du dernier salon de la radio, dans le guide du radio, il est écrit que le csa ne sait pas encore techniquement quel solution adopter pour la diffusion des futurs flux numériques.

Tu sais, ce forum est un lieu d'échange donc si quelqu'un à du retard sur un sujet, autant expliquer au lieu de lyncher ;)

musicalement.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tu viens de citer déjà 5 groupes : Laguardere, Nrj Group, Rtl Group, Radio France et Start.

On peut également rajouter le groupement des Indépendants qui représentent 113 stations.

Nous voilà à 6 groupes déjà pour ces radios qui détiennent globalement tous le marché, que je sache chacun de ces groupes est indépendant.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
le groupe START avec wit fm, voltage, scoop
Je ne crois pas que Scoop appartienne au groupe Start ! Je préfère ne pas m'avancer cependant !

Pour revenir au sujet initial, ca paraissait inévitable qu'il faudrait payer un jour ou l'autre des droits d'auteurs. Certes il y a la passion mais rien n'est gratuit sur terre et je pense que certains auraient mieu fait de reflechir avant de se lancer ! Monter 4 millards de webradios ne rime a rien. Quand on en écoute certains ca fait vraiment peur ! C'est pas avec 2-3 emissions d'une heure sur une grille que l'on fait une webradio. Il serait pourtant tellement plus simple d'intégrer des webradios déjà présente dans le paysage des webradios.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
l serait pourtant tellement plus simple d'intégrer des webradios déjà présente dans le paysage des webradios.

et tellement plus vivant, famillial, communautaire. Un esprit d'équipe en bref.

Il faut se réunir comme l'ont fait les groupes cités plus haut.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
l serait pourtant tellement plus simple d'intégrer des webradios déjà présente dans le paysage des webradios.

et tellement plus vivant, famillial, communautaire. Un esprit d'équipe en bref.

Il faut se réunir comme l'ont fait les groupes cités plus haut.

Ouais mais qui voudrait se regrouper avec to@ne pour former un groupe !!

Mdrrr c'etait une boutade du second degré je l'admet :)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

LE Groupe Start est très flou...LE groupement publicitaire PUBAUDIO appartient à Start et dirige plusieurs radios dont Scoop....LEs Indépendants ce n'est pas un groupe c'est un groupement, ce serait comme dire que l'ANW dirige toutes les Webradios ;)

Certes ces sociétés de droit ont étés crées pour protéger les artistes et leur musique (sans oublier les producteurs bien suurr)...cependant, il y a une chose que je trouve anormale, c'est le role de l'Etat, l'Etat devrait fonder un fond pour les droits d'auteurs, du type une taxe de diffusion des phonogrammes, afin que toutes les Webradio (et radios) cotisent vers ce fond en fonction des oeuvres difusées, et que l'Etat se charge de rémunérer de manière équitable les artistes.

Et puis il est vrai que les Editeurs et les Producteurs ont un peu perdu la notion que la radio et le net sont des médias très influents sur les auditeurs et sur leurs gouts musicaux...c'est eux qui définissent quelle est la tendance (un peu comme les grands couturiers qui créent la mode).

Mais bon ce n'est que mon point de vu sur la situation...

PS: Toane, tu vois le mal partout alors que ce n'est pas vraiment (encore) le cas :)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Sinon en webradios il existe des groupe aussi.

CNR Webradio ( Click'n'Rock & Imixx )

E.L Media ( Electra Radio & Live9 )

Comme quoi c'est possible de se réunir pour faire face au couts

Amicalement

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Tu viens de citer déjà 5 groupes : Laguardere, Nrj Group, Rtl Group, Radio France et Start.

On peut également rajouter le groupement des Indépendants qui représentent 113 stations.

Nous voilà à 6 groupes déjà pour ces radios qui détiennent globalement tous le marché, que je sache chacun de ces groupes est indépendant.

Les Indépendants, c'est un Groupement d'Intérêt Economique... Le GIE est en fait une régie publicitaire commune qui vend de l'espace pub des radios qui en font partie. Et pour faire simple, disons que c'est le GIE qui appartient aux radios, et non les radios qui appartiennent au GIE. Le GIE a confié sa commercialisation à LAP.

LE Groupe Start est très flou...LE groupement publicitaire PUBAUDIO appartient à Start et dirige plusieurs radios dont Scoop....

Scoop est une radio indépendante détenue majoritairement par D. Perez et sa famille (à ma connaissance, seuls 20% sont detenus par un investisseur "institutionnel").

Le groupe Start possède (entre autres) Vibration (la radio qui est à l'origine du groupe), Forum, 13FM, Wit, Sud, Latina, Voltage, Ado, Blackbox.

Certes ces sociétés de droit ont étés crées pour protéger les artistes et leur musique (sans oublier les producteurs bien suurr)...cependant, il y a une chose que je trouve anormale, c'est le role de l'Etat, l'Etat devrait fonder un fond pour les droits d'auteurs, du type une taxe de diffusion des phonogrammes, afin que toutes les Webradio (et radios) cotisent vers ce fond en fonction des oeuvres difusées, et que l'Etat se charge de rémunérer de manière équitable les artistes.

Pourquoi l'état devrait-il faire ce que la Sacem et autres sociétés de droits sont chargées de faire, ce pour quoi elles ont justement été créées ?

Et puis il est vrai que les Editeurs et les Producteurs ont un peu perdu la notion que la radio et le net sont des médias très influents sur les auditeurs et sur leurs gouts musicaux...c'est eux qui définissent quelle est la tendance (un peu comme les grands couturiers qui créent la mode).

Les éditeurs / maisons de disques / majors ont été trop frileux avant de se lancer sur le net, et ont pris une longueur de retard. Par contre, ils ont toujours été très conscients de l'impact de la radio et de la télé. Ce n'est pas un hasard si les attachés de presse des maisons de disques passent leur temps à essayer de "caser" leurs produits auprès des programmateurs des radios. Ce n'est pas non plus un hasard s'il y a autant de coproductions avec des chaînes de télés.

Pour la bande fm, les radios attendent encore le feu vert du csa pour être en numérique car il y aurais encore des problèmes sur le mode de sécurisation des flux.

Arretez moi si je me trompe.

Bah oui, je vais t'arrêter ! Pour l'instant, on ne sait effectivement pas quelle norme sera utilisée pour la radio numérique, mais le problème est bien plus compliqué. Voici quelques éléments, résumés pour faire simple...

D'abord, les grands groupes ne sont pas pressés du tout que la radio numérique démarre, parce que la FM est rentable, et que la diffusion numérique coûtera cher, sans rien rapporter pendant des années (le temps que les auditeurs commencent à acheter des récepteurs numériques et laissent tomber la FM). Ensuite, les acteurs bien implantés en radio ne veulent pas d'un risque de voir débarquer des nouveaux opérateurs qui pourraient prendre des parts de marché (Le risque étant de voir débarquer des industriels puissants ayant une capacité financière à exploiter des radios à pertes pendant des années, affaiblissant les radios existantes). Enfin, il y a aussi une querelle de norme, les grands groupes souhaitant utiliser une norme coréenne destinée initialement à un usage de diffusion télé mobile, et plutôt inadaptée à la radio (le T-DMB), tandis que les autres pays européens sont en train de se décider pour le DAB+, nettement mieux foutu pour la radio (et défendu par une minorité en France). Il y a évidemment des considérations stratégiques parfois obscures, derrière ces choix (nrjgroup a récemment dévoilé une partie de ses raisons du choix de cette norme). Il faut aussi gérer l'aspect industriel de cette affaire: qui va produire les émetteurs, les récepteurs, quels sont les délais, quels seront les prix, qui détient les brevets, etc.

En ce moment, le T-DMB est en test, on verra bien ce que ça va donner... mais une chose est sûre, c'est que le dossier n'est pas simple, et occupe beaucoup de monde depuis bien longtemps.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

source: http://www.01net.com/editorial/359102/l ... e-disques/

Les webradios « électro » signent avec les producteurs de disques

Technopol, qui représente les principales radios en ligne consacrées aux musiques techno et électroniques, a trouvé un accord avec la SCPP et la SPPF.

Philippe Crouzillacq , 01net., le 14/09/2007 à 19h10

Préserver les intérêts des ayants droit, sans pour autant condamner les webradios, ces médias émergents qui diffusent parfois sans autorisation de la musique en ligne, le défi est de taille. Il est en passe d'être relevé.

En mars dernier, les producteurs de disques, représentés par la SCPP (Société civile des producteurs phonographiques) et la SPPF (Société civile des producteurs de phonogrammes en France) signaient ainsi un premier accord avec l'Association nationale des webradios, regroupant 180 membres. Le but était de fixer le montant des rémunérations que doivent verser les webradios pour leur garantir une légalité. En cette rentrée 2007, un deuxième accord vient d'être conclu, avec l'association Technopol.

Cette structure, fondée en 1996, et par ailleurs organisatrice de la célèbre Techno Parade à Paris, représente aussi des radios en ligne spécialisées dans les musiques techno et électroniques. On y trouve be.radio, Vmix.fr, Electrone.net, Wabradio.net, Cuberadio.net, Nulog.com, Ombilikal.org, et FG Radio.

« Dans ce processus de régularisation nous avons pris en compte la spécificité de programmation de ces acteurs, explique le président de la SCPP, Marc Guez. Car contrairement à d'autres, les webradios électroniques diffusent souvent moins de 40 % de disques appartenant au répertoire de la SCPP. La rémunération demandée devait donc être inférieure à celle des webradios qui programment 80 % de titres inscrits au répertoire de la SCPP. »

« Un public de passionnés »

Sur son site, Cuberadio s'en félicite : « Cette rémunération permettra à l'avenir de mieux prendre en compte l'esthétique musicale électronique et plus généralement tous les éditeurs ayant des possibilités économiques très limitées, et/ou des choix éditoriaux spécifiques, qui ne nécessiteraient pas l'utilisation de la totalité du répertoire de la SCPP. »

En pratique, en dessous du seuil des 40 %, une webradio devra payer 300 euros par an à la SCPP, indique cette dernière, contre 600 euros pour une structure flirtant avec les 80 %. Pour les webradios les plus importantes, c'est-à-dire celles dont les revenus sont conséquents, la rémunération pourra atteindre 12,5 % du chiffre d'affaires.

« Aujourd'hui, l'auditoire, et plus encore les créateurs de webradios, forment un public de passionnés, explique Marc Guez, et il n'était pas du tout dans nos intentions de les mettre en danger. Ce nouvel accord - extensible à d'autres radios de la Toile qui auraient les mêmes spécificités que les membres de Technopol - devrait, selon la SCPP, faciliter le développement de l'activité des webradios en France et contribuer à la diversité culturelle de la diffusion musicale. »

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il est inutile de faire remonter des vieux topics comme ceci. Car sinon Alex va s'occuper de ton cas. Donc les points ils viendront avec le temps.

Ceci est un conseil je suis passer par là aussi :wink:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant


×