Aller au contenu

repeat

Membres
  • Compteur de contenus

    153
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de repeat

  • Rang
    Semi-Initié Radio
  1. des nouvelles de waylon ?

    Il est dans son centre aéré avec ses camarades comme chaque été, loin d'internet. Nous vous inquiétez pas, il reviendra en pleine forme en septembre
  2. Sud Radio novembre 1987

    Parce que en situation de monopole jusqu’au milieu des années 80, la ou à partir de cette date la FM a commencé à s’implanter et à prendre des auditeurs. Et ce fut alors la dégringolade pour eux d'années en années. Les grandes ondes de RTL, Europe 1 portaient jusque sur une ligne Lyon-Bordeaux. France Inter portait un peu mieux car émetteur au centre de la France. Dans le Sud Est, RTL, Europe 1 ne passaient pas ou alors très mal après Lyon. C’était RMC qui prenait alors le relais avec sont puissant émetteur de Roumoules dans les Gorges du Verdon. Facile de faire un score quand on est tout seul. Et donc sans remise en cause des radios du Sud. Je me souviens de la réaction de RMC milieu des années 80 : La FM est une mode, ça va passer. Ça a tellement passé, que les périphérique se sont lancées dans les années 90 en FM en essayant de rattraper leur retard. Pour RMC le mal était déjà fait. Sud Radio en plus était en petites ondes, et aussi plus petite que RMC, moins démocratisées que les Grandes Ondes ou les Mammouths RTL, Europe 1, France Inter étaient présentes depuis longtemps.
  3. virign prépare europe 2

    Pas en 1990 : très peu de station étaient abonnée au programme Europe 2. Plus tard dans les années 90 oui.
  4. virign prépare europe 2

    C'est juste. En 1990 Le programme Europe 2 débutait et n'avait environ que 4 fréquences en France. C’était alors des radios franchisées (des radios locales B en bout de course incapables de faire leur programme H24 en fait). Donc l'impact de Europe 2 sur quoi que ce soit était nul. Et puis pour compléter ce qui a été déjà dit : Le programme Europe 2 était un programme adulte tendance oldies. Alors passer de la Dance (Go était la Dance de l'époque) sur ce programme ça n'allait pas le faire. Après en programme local elles passaient ce qu'elles voulaient dont Moby si elles le souhaitaient. Quand aux autres radios dont les locales, elles ont passé Go et Moby et n'ont pas attendu le programme Europe 2 (quasi inexistant a l'époque) pour le faire. Et sur le fond, je ne me souviens de rien que Europe 2 ait pu lancer.
  5. virign prépare europe 2

    C'est surtout que Europe 2 à l'époque c’était 3 ou 4 fréquences pour toute la France. Je ne suis même pas sur qu'elle avait une fréquence sur Paris en 1990... C'est dire l'impact de cette radio ... quasi nul. Faut pas oublier que dans les années 90, Europe 2 n’était pas une radio, mais un fournisseur de programme : Programme Europe 2.
  6. France Inter : que des chansons bizarres et inconnues.

    Tous les impôts sont inégalitaire dans ce cas : Payer pour l'école si on a pas/plus d'enfants scolarisé Payer pour les routes si on a pas de voiture. Payer pour les pompiers si on a jamais eu besoin etc ... Moi cela ne me pose pas de payer, car j'écoute le service Public (Inter / Info). Mais c'est le principe de payer pour un service universel. Tant que celui-ci représente tous les courants du public qui le compose.
  7. le retour d'europe 2 tv ?

    De mémoire la première convention de NRJ12 était chaine musicale de la TNT. Elle et devenue mini-généraliste pour s’engouffrer dans la télé-réalité bas de gamme. Tout comme M6 en hertzien à sa création, même si elle est passé rapidement à mini-géneraliste avec des traces de son histoire musicale. En fait chaque gouvernement de l'époque voulait voir une chaine musicale. 1 ou 2 chaineq nouvellement crée était donc autorisée en musicale, mais rapidement, elles passaient toutes en généralistes : M6 sur le Hertzien, NRJ12 et W9 sur la TNT, puis Europe2TV/Virgin17/Cstar sur la TNTHD. Globalement toutes les chaines musicales ont basculé de plus en plus vers mini-généraliste avec le temps plus ou moins rapidement, car cela génère plus de profit. La musique étant diffusée a des horaires pas stratégique. La dernière qui a fait cette mue est Virgin17 / Cstar ou la musique est réduite en portion congrue.
  8. France Inter : que des chansons bizarres et inconnues.

    Peut être aussi est-ce du a l'abandon de la zone et du créneau par RMC et Sud Radio ? France inter a pris leur place en tant que généraliste.
  9. Virgin Radio change de nom

    15 ans de perdu avec une marque qui n'a jamais pris en France ... Europe 2 était bien plus implantée dans le paysage radio. Europe 2 renforcera la marque Europe 1 et vice et versa.
  10. Nova

    Tout pareil. Fréquence K est une pépite méconnue agréable a écouter qui mérite bien plus de reconnaissance. C'est même la radio que j'écoute le plus désormais depuis 3 ans. Très loin de la médiocrité des FM musicales. http://frequencek.ice.infomaniak.ch/frequencek-128.mp3
  11. RTL en mono

    Je me suis fait la même réflexion : mais ce raisonnement ne tiens pas avec les villes de Bretagne et tout le grand Ouest (Rennes) qui était (période GO) plus le bastion d'Europe 1 voir de RTL. Ou alors dans les villes ou elle n'est pas en tête des généralistes, elle va copier les son de RMC et de Europe 1 pour se faire confondre avec RMC ou Europe 1 pour les gens qui ne regarde pas leur (auto)radio. RMC bénéficie toujours dans le Sud Est de la connotation Radio du soleil (Ex Radio Monte Carlo, même si elle n'a plus rien avoir avec Monaco aujourd'hui) qui lui donne encore une avance sur certaines zone sur ses concurrentes de Paris : RTL et Europe 1.
  12. RTL en mono

    Je me demande après tous ces retours, si la raison ne serait pas tout simplement financière : changement de prestataire de diffusion, changement de traitement de son pour en prendre un plus bas de gamme, et le tout en mono pour avoir un forfait diffusion par site qui revienne moins cher ? Sur une centaine de site cela peut faire des économies substantielles ... RTL se disant que ceux qui veulent la qualité auront basculé depuis sur le DAB+ ou sur l'IP. En pariant que ceux qui restent en FM sont moins technophiles et donc moins regardant sur la qualité sonore (en disant peut être même qu'il ne feront pas la différence) ...
  13. RTL en mono

    Sauf que la reception GO à Marseille est dérisoire, voire nulle, car le signal est fortement atténué après Lyon à cause de la barrière montagneuse Alpes- Macif central. Et à Nice le signal Go n'est plus reçu ou d'une manière pas exploitable. Après Lyon quand il n'y avait que les GO, c’était RMC qui prenait le relais auprès des automobilistes, une fois passé Lyon et que le Signal de RTL et Europe 1 était fortement affaibli. Paradoxalement, dans le Nord ou les GO sont bien reçues, RTL reste en stéréo et le traitement de son n'a pas changé. A moins que cela n'arrive prochainement, le temps que le technicien passe des sites du Sud au Nord ... Pour le moment je ne vois pas de corrélation entre l’abandon des GO et la mise en mono, en tout cas pour le sud de la France. La zone de reception ne se recouvrant pas.
  14. Les émetteurs de fortes puissances (France Musique, France Culture et France Inter) ont été planifiés dans une bande FM vierge dans les années 60-70 jusque tout début 80. Il existait alors une monopole d’État. Pas de radios privée autorisées Certaines, F bleu a vocation régionale ont aussi eu droit aussi à une forte puissance, dont la plus ancienne FB Nord début 80. Est apparu au début des années 80 avec la libéralisation des ondes en 81 les RLP : les radios Locales privées. Elles avaient vocation a couvrir une zone limitée, voir une zone urbaine, mais avec des faibles puissances (quelques centaines de watts). Certaines RLP ont émis avec des fortes puissances sans autorisations (NRJ à Paris, Radio 2 dans l'ain, Palace Cannes (Kiss FM aujoud'hui) et plein d'autres aujourd'hui disparue ...) et certaines de manière historiques ont conservées une puissance max de 10KW sur leur zone historique : Paris, Lyon Marseille. Mais pas plus. Les réseaux n'existait pas au début des années 80 et donc l'idée de couvrir toute la France est venue mi 80 avec l'autorisation du satellite. Mais toujours à la manière des RLP : des réseaux multi-villes, dont la norme est de 1K aujourd'hui. Pour les radios privées (à quelques exception près), la puissance de la PAR est calculée pour avoir une couverture moyenne de 30 kms autour de l’émetteur soit souvent 1 kw. Au delà çà se dégrade sérieusement. Certaines grandes villes ont un peu plus pour couvrir toute la zone urbaine pour les radios privées. Sud Radio a une forte puissance dans le Sud est car radio périphérique historique. Idem pour RMC sur la cote d'azur 98.5 avec ses 50 KW émetteur historique depuis Monaco et souvent tout ce qui part de Monaco (Nostalgie, M Radio, Classique ) et le reste à 10 KW. Il faut pas oublier que les Radios périphériques ont décidées de s'installer sur la FM début des années 90 alors que celle-ci commençait déjà a être bien pleine, car ils ne croyaient pas à la FM (une mode qui va passer dixit RMC). Ils ont donc récupéré les miettes, car arrivées un peu trop tard. 40 ans après l'histoire se répète : les radios nationales font tout et ont tout fait pour ne pas aller sur le DAB alors que les locales y sont déjà dans les zones ou c'est autorisé depuis des années pour certaines. La seule différence, c'est qu'une place est réservée pour les radios nationales sur les mux nationnaux quand elles voudront venir et à puissance égale avec les radios publiques.
  15. Radio pirates a Paris et Lyon

    C’était quand même plus marrant dans les années 80 ou on osait tout, comme en 86 par exemple à Lille quand un concurrent de Metropolys, NRJ qui n'arrive pas à s'implanter à lille, décide de brouiller Metropolys en y implantant un émetteur sur la même fréquence en plein centre ville de Lille histoire de réduire a néant la zone d'écoute en ville de Metropolys ... Toujours la même histoire, quand on arrive pas à être meilleur que son concurrent, on le supprime... Comme dh'ab NRJ : ce n'est pas de notre faute, blablabla ...
×